observatoire des sondages

Artefact 2013

vendredi 4 janvier 2013

Quand les sondeurs et les journalistes comprendront-ils ce qu’est un artefact ? Jamais semble-t-il à en juger par ce résultat d’un sondage Harris Interactive-Grazia (4 janvier 2013) qui assure que 63 % des Français ne souhaitent pas que Ségolène Royal intègre le gouvernement Ayrault. Passons sur l’inintérêt de la question, sur le passage du questionnaire par Internet, ce qui permet à Harris Interactive de saouler la presse de questions stupides, pour s’en tenir à ce pourcentage. Le pourcentage a agrégé les effectifs de ceux qui sont hostiles au gouvernement Ayrault et de ceux qui sont hostiles à Ségolène Royal mais favorables au gouvernement Ayrault. Bref, une telle question génère forcément une majorité composée d’opinions contraires. Un artefact élémentaire qui mérite qu’on s’y arrête seulement parce qu’il pose de vraies questions (pas celles des sondages) sur l’intelligence des professionnels de l’information et sur les effets éventuels que la répétition de telles opérations produisent sur l’intelligence des citoyens.

Lire aussi

  • De la sincérité

    21 avril 2017

    A quelques heures du premier tour de la présidentielle les efforts des sondeurs et de la presse pour accréditer l’idée qu’une partie importante des électeurs ne serait pas encore sûre de son vote ne se (...)

  • La riposte des sondeurs

    19 avril 2017

    A l’approche du premier tour de l’élection présidentielle avec de telles incertitudes dans les sondages que les sondeurs ne sont plus sûrs de rien et suite à la diffusion dans Envoyé Spécial de « (...)

  • Présidentielle 2017 : le premier sondage avec de “vrais” candidats... ou presque

    3 février 2017

    A deux mois de l’élection présidentielle le premier sondage d’intentions de vote avec des candidats « réels » (déclarés ou investis) a été publié (Elabe-Les Echos-Radio Classique, 1 février 2017). Soumettant (...)