observatoire des sondages

Comment le marketing tue la démocratie

jeudi 24 février 2011

Personne n’a échappé à la grande opération de promotion de Dominique Strauss Kahn lancée au détour d’un passage à une réunion du G20. Nous n’avons pu échapper à son intervention télévisée, aux déclarations de son épouse, aux commentaires des pundits, aux couvertures des magazines et bien sûr aux sondages sur la candidature à la présidentielle du directeur du FMI [1].

Comme l’a souligné le Canard Enchainé (mercredi 23 février 2011) rien n’est moins naturel que cet emballement médiatique, derrière la promotion, la société de conseil en marketing et de publicité Euro RSCG, dont certains membres travaillaient déjà pour Nicolas Sarkozy en 2007. Les bonnes fées du marketing sont donc nombreuses à se pencher sur l’avenir présidentiel de DSK. Pour quoi faire ? Il faut presque faire un effort pour remarquer que l’intéressé, n’a à proprement parler rien dit, sauf que contraint par sa fonction de directeur du FMI, il ne pouvait rien dire. Singulière politique qui consisterait à séduire sur le seul nom du chef, car les techniques du marketing politique ne sont pas du tout innocentes. Elles retrouvent les vieilles recettes de la droite traditionnelle, celles des notables qui ne faisaient même pas campagne ni ne publiaient de profession de foi, tant le vote était pour eux la ratification de l’autorité sociale évidente (cf. André Siegfried) et cet appel à la confiance générale dans la personne du chef ce que Max Weber appelait fides implicita, qui a largement inspiré le culte du chef sur lequel le fascisme et le nazisme ont fait leur fortune.

Sans en être arrivé là, il est tout bonnement affligeant que des dirigeants politiques et leurs conseillers en communication ne sachent pas ce qu’ils font. Pour l’heure ils ne font que tuer la politique démocratique, comme débat d’idées, de solutions, de références, de raison, dont on sait qu’elles n’ont jamais été dans les mains d’un homme.


[1Voir notamment pour la télévision : le journal télévisé, France 2, dimanche 20 février 2011 ; C dans l’air, France 5, lundi 21 février 2011 ; Mots Croisés, France 2, lundi 21 février 2011 ; pour la presse écrite : Libération, 18 février 2011 ; Marianne, 19 février 2011, Le Parisien, 21 février 2011 ; Le Monde, 22 février 2011, ; L’Express, 23 février 2011, Paris-Match, 24 février 2011 ; NouvelObs.com, 18, 19, 20 février 2011 ; pour les sondages : Ifop-Paris Match, 15 février 2011 ; CSA-Marianne, 18 février 2011 ; baromètre politique BVA-L’Express-Orange-France-Inter, 22 février 2011 ; baromètre TNS Sofrès-Nouvel Observateur-iTélé, 23 février 2011 ; CSA-BFM TV- RMC-20 Minutes 24 février 2011.

Lire aussi

  • Popularité de Poutine : la plaisanterie

    11 mars 2018

    Si la presse française relaye et commente avec constance et régularité la popularité sondagière des politiques français et ses oscillations perpétuelles, elle manifeste plus de retenue concernant les (...)

  • Macron : comment les sondages créent l’impopularité

    1er septembre 2017

    Rentrée politique répétitive envahie par les sondages à la faveur d’un « événement » qu’ils ont produit : Emmanuel Macron est impopulaire... déjà.
    « 57% de Français mécontents » pour l’Ifop et le Jdd qui (...)

  • Comment un sondage prolonge la rumeur

    2 février 2014

    Ceux qui croyaient naïvement que les sondages contribuaient à la démocratie ont chaque jour une raison supplémentaire de se retourner dans leur tombe. Parmi d’autres arguments faibles, ne disaient-ils (...)