observatoire des sondages

Pourquoi des révolutions arabes ?

lundi 30 mai 2011

Un sondeur s’étonnait récemment des débats français sur la place des sondages dans la démocratie « à l’heure où les révolutions arabes suscitent une floraison d’initiatives locales dans le but de réaliser des sondages politiques en Tunisie et en Egypte » (Jérôme Sainte Marie, Libération, 15 avril 2011). Il fallait y penser. Dans ces événements, des hommes et des femmes ont été tués. On suppose que, conformément aux traditions, nos sondeurs vont leur consacrer un monument qu’on imagine déjà avec la belle épitaphe : « Morts pour les sondages ».

Lire aussi

  • Nicolas Sarkozy contre les sondages

    3 avril 2016

    Incroyable ou presque : Nicolas Sarkozy ne croit pas que les sondages reflètent l’humeur « réelle du pays » (Le Monde, 2 avril 2016).
    Pire, il assure encore que « si on gouvernait la France avec les (...)

  • Quand les sondeurs vendent leur came

    3 octobre 2013

    On savait que la présence des sondeurs sur les plateaux médiatiques consistait essentiellement à promouvoir leur produit. En le disant plus ou moins directement.
    Jérôme Sainte-Marie (CSA) : "Les (...)

  • Des économistes qui se prennent pour des cartomanciennes

    9 mars 2012

    Au moins les sondeurs ne prétendent-ils pas faire des prédictions. Sans bouder rétrospectivement leur plaisir si leurs chiffres d’intention de vote ne sont pas éloignés des résultats réels. Ils savent (...)