observatoire des sondages

Un nouvel indice pour 1984 ?

vendredi 10 décembre 2010

Le gouvernement britannique envisagerait de créer un « indice de bonheur » (AFP, 15 novembre 2010). Le Bureau de Statistiques Nationales serait chargé de la difficile tâche de fabriquer le nouvel instrument. D’autres pays comme le Canada et la France envisagent aussi d’utiliser un tel indice pour mesurer un état de la population dont certains diraient qu’il compte plus que tout autre mesure partielle. Ne doutons pas qu’il s’agit non seulement d’évaluer mais de mieux connaître pour agir mieux.

Rude tâche pour nos instituts de statistiques. On peut supposer en effet qu’il s’agit d’un indice complexe intégrant un grand nombre de données et pas seulement un indice de perception comme il en existe sur certains domaines difficiles à évaluer autrement tels que la corruption. D’ailleurs, cet indice existe déjà depuis longtemps. Il est même étonnamment stable puisque chaque année, la proportion de Français qui se considèrent « heureux » tourne autour de 85 %. Pourquoi ne pas se contenter d’un tel chiffre qui par sa stabilité même indique combien les sondages sont fiables ? Quant à Nicolas Sarkozy qui déclarait en 2009 vouloir utiliser le degré de bonheur comme indicateur de croissance, pourquoi ne pas le mettre en avant, plutôt par exemple que son indice de popularité. Impopulaire ? Comment cela serait-il possible alors que presque tous les Français sont heureux ?

Lire aussi

  • Les sondages et les « gilets jaunes »

    6 décembre 2018

    Avec le mouvement des gilets jaunes comme avec les mouvements sociaux précédents, le succès du mouvement est couramment relié au soutien des Français. Du moins les médias l’affirment-ils au fil des (...)

  • Odoxa : un nouvel OpinionWay

    6 avril 2015

    Fondé en août 2014 par d’anciens dirigeants de BVA, Odoxa entre sur le marché concurrentiel des sondages. Segment low cost, le nouveau sondeur enchaîne les enquêtes biaisées. De quoi susciter la (...)

  • Sonder pour les élections législatives

    4 juin 2012

    Il n’y a pas de raison pour que les candidats des élections législatives n’investissent pas les mêmes attentes dans les sondages que les candidats de l’élection présidentielle. A échelle réduite ?
    La (...)