observatoire des sondages

Biaisant ? Forcément

mercredi 1er septembre 2010

Dans les sondages aussi, il fut un temps où l’on croyait volontiers que les défauts de méthode étaient des défauts de jeunesse. Et les professionnels se moquaient volontiers de leurs propres erreurs anciennes. Ils avaient été naïfs, concédaient-ils sans apercevoir qu’ils le restaient en croyant dans l’inéluctabilité du progrès. Bien sûr, on peut faire aussi des progrès dans les trucages. Ou dans leur justification. Ainsi se multiplient aujourd’hui des questions manifestement inacceptables autrefois parce qu’elles orientent la réponse. Un sondeur aurait-il accepté il y a seulement trente ans de demander :

« Etes-vous favorable ou opposé aux expulsions vers la Roumanie de Roms sans papiers ? » [1].

Certes, objecteront des sondeurs d’aujourd’hui, eux, ils ne l’auraient pas posée et ils mettront en cause OpinionWay, l’entreprise qu’ils ont si souvent critiquée pour ne pas respecter certaines règles élémentaires.

Aussi intéressant que cette grossière falsification d’un push poll, a été la réponse du coupable aux critiques qui faisaient remarquer qu’il n’y avait pas de Roms sans papiers puisque leur pays la Roumanie faisait partie de l’Union européenne. Une toute petite objection qui n’a pas démonté un sondeur prompt à sortir de son répertoire d’excuse celle toute faite de l’euphémisation. « On aurait pu faire un autre choix », rétorquait le directeur d’études d’OpinionWay (Libération fr. 27 août 2010). On avait déjà rencontré l’argument grossier du relativisme de la méthode : de toute façon, il n’y a pas de question parfaite, on aurait pu trouver une autre formulation … avec d’autres inconvénients. L’important est de répondre et de faire oublier. Au passage une petite perfidie à l’endroit de la concurrence consiste aussi à pointer les choix d’un concurrent. Autre réponse de son directeur d’études : OpinionWay a préféré parler de « certains camps » contrairement à l’Ifop qui évoquait les « camps illégaux », ou encore a pu éviter le pire en renonçant à l’expression « en situation irrégulière », plus biaisante ». Et s’il n’est que des questions biaisantes, est-ce une excuse ? Et pourquoi insister ? Les entreprises qui se sont manifestement spécialisées dans la réalisation de push polls pour le Figaro et l’Elysée organisent une compétition du plus mal disant dont on peut attendre de beaux développements méthodologiques.


[1Cf. Le Politoscope OpinionWay-Le Figaro, 26 août 2010.

Lire aussi

  • Dry January : l’ivresse sondagière des addictologues

    11 février 2020

    La campagne française du « dry january », opération marketing prônant l’abstinence en matière de consommation d’alcool pendant le mois suivant le réveillon du nouvel an a cessé, comme son nom le laissait (...)

  • Marine Le Pen et les sondeurs : il n’est jamais trop tard... pour avouer

    24 février 2012

    « Il y a un an on avait la perspective d’un 21 avril à l’envers comme on dit, c’est-à-dire que Marine Le Pen soit devant Nicolas Sarkozy au premier tour et donc qualifiée. On savait très bien que l’on (...)

  • Retour sur la question « qui commande ? »

    2 juin 2010

    Qui commande ? La question est suffisamment importante pour que l’identité du commanditaire doive figurer dans les fiches techniques publiées avec les résultats des sondages. Dans le cas des sondages (...)