observatoire des sondages

Comme des arracheurs de dents !

mardi 4 octobre 2011

Les publi-rédactionnels des entreprises de sondages signés par des journalistes se sont multipliés ces dernières semaines dans la presse. Exemple, L’Express du 7 septembre 2011 :

« Dans L’Express, cette semaine, Hugues Cazenave, président d’Opinionway, suggère une piste pour encadrer les sondages : publier les données brutes avant redressement. La publication des données brutes était déjà une piste avancée par les sénateurs Hugues Portelli (UMP) et Jean-Pierre Sueur (PS) dans une proposition de loi adoptée au Sénat le 14 février dernier. Ce texte, dans lequel les sondeurs ont trouvé de nombreuses propositions intéressantes, n’a toujours pas été adopté par les députés ». 

Bien entendu tout est faux. Les sondeurs se sont unanimement prononcés contre cette proposition de loi. Sensible à leurs arguments, Nicolas Sarkozy a consenti à l’examen du texte, après avoir dans un premier temps opposé son veto, en veillant soigneusement à ce que le rapporteur UMP le vide entièrement de sa substance par une série d’amendements dictés au mot près par les sondeurs ravis de leur nouveau rôle de législateur (Cf. Psittacisme : quand les sondeurs font la loi).

Lire aussi

  • De la stupidité des votes de paille : une alerte citoyenne

    27 juillet 2013

    Aucun sondage n’est venu jusqu’à présent, comme ces dernières années, alimenter la chronique estivale sur les Roms et les gens du voyage, ponctuée depuis début juillet par les déclarations (...)

  • Naissance de la doxosophie

    20 juin 2013

    L’élection présidentielle de 1965 a été l’occasion de la prouesse prédictive qui a révélé les sondages aux Français comme cela avait été le cas aux États-Unis en 1936. Non point que les sondeurs français, en (...)

  • Quand les sondeurs se soucient des pauvres

    15 décembre 2012

    En organisant les 10 et 11 décembre 2012 une « conférence nationale contre la pauvreté » le gouvernement a tenu à montrer qu’il se préoccupait d’un phénomène qui s’est aggravé ces dernières années même si (...)