observatoire des sondages

La rentrée des sondages éclairs : le départ de Montebourg

vendredi 29 août 2014

Les vacances sont trompeuses. Après deux mois de relatif silence des sondages - sauf l’IFOP qui ne saurait prendre de repos - il semble que la rentrée soit là. Un de ces sondages rapides permis par les questionnaires auto-administrés comprendre par internet - CSA-BFMTV (27 août 2014) nous apprend qu’une majorité de « Français » (56%) approuverait le limogeage de Arnaud Montebourg. On est toujours étonné que tous les Français aient un avis là-dessus comme d’ailleurs, sur tous les sujets sur lesquels se porte la curiosité des sondeurs. On est encore plus étonné d’apprendre que ce sont surtout les sympathisants socialistes qui sont les plus favorables alors qu’on croyait que le ministre faisait comme on dit une sortie « à gauche » (73%). Et le niveau d’adhésion décroit avec les écologistes (68%), et enfin les sympathisants UMP (63%). Significativement le commentaire n’évoque pas ces derniers tant l’info a paru contre-intuitive à son auteur. Donnons-lui donc l’explication. Les sympathisants socialistes à s’être exprimés sont surtout des légitimistes qui manifestent ainsi leur soutien au président et au gouvernement. Quant aux sympathisants UMP, ils trouvent surtout une occasion de manifester leur hostilité au gouvernement, comme les sympathisants du FN qui eux désapprouvent majoritairement l’éviction d’Arnaud Montebourg (64%). En somme, une bataille à front renversé.

On aurait donc tort de lire une position politique sur le limogeage quand les corrélations enregistrent surtout une position préalable et générale. On aurait aussi tort de prendre au sérieux ces réponses de sondés qui n’ont rien d’autre à faire que de répondre à des questions en ligne pour quelques euros hypothétiques. Rien de représentatif dans ces échantillons puisque les sondés volontaires ont des caractéristiques éthiques que les critères sociologiques de sélection ne prennent pas en compte tels le légitimisme et la crédulité. Cela donne néanmoins une bien piètre idée de la citoyenneté.

Lire aussi

  • Les sondeurs face au covid-19 : l’occasion manquée

    17 avril 2020

    Comme la grande majorité des entreprises du secteur dit marchand les sociétés de sondages ont vu leurs activités sensiblement décroître depuis le confinement lié à la pandémie du covid-19. Sauf une, la (...)

  • 35 heures : la rentrée des Push Polls

    6 septembre 2015

    Manipulation : les « rentrées » se suivent et se ressemblent. En septembre 2014 les sondeurs avaient commencé par une série de sondages biaisés sur la suppression des 35h : les Français y étaient (...)

  • Rentrée scolaire des sondeurs : réforme et pas cadencé

    2 septembre 2014

    Les sondages éclairs se succèdent. Après l’Ifop et Odoxa, CSA revient sur la piste (CSA-RTL, 1 septembre 2014). La « rentrée des classes » ayant lieu lendemain, c’est à dire aujourd’hui 2 septembre, le (...)