observatoire des sondages

A la recherche de « l’effet Toulouse »

mardi 27 mars 2012

Après l’« effet Le Bourget », l’« effet Villepinte », l’« effet La Bastille », l’« effet Zenith » (une interrogation demeure il est vrai pour François Bayrou), les sondeurs sont désormais sur la piste de l’« effet Toulouse » appelé aussi « effet Merah » par certains medias, du nom du meurtrier dans les drames de Toulouse et de Montauban [1]. Leurs recherches n’ont pour l’instant rien donné de concluant. Certes Ipsos affirme être en possession d’indices troublants : « Il y a là un effet Toulouse mais pas seulement »(cf. Libération , 27 mars 2012) [2]. Mais l’Ifop, grand spécialiste des effets et découvreur de l’« effet Villepinte » (cf. La supercherie de l’Ifop), opte cette fois pour la prudence : « l’effet sur le rapport de force électoral n’est pas évident » (Libération, op. cit.) [3].


[1Cf. notamment Le JDD, Europe 1, 27 mars 2012.

[2A propos du sondage Ipsos-Logica Business Consulting-France télévisions-Radio France-Le Monde, 27 mars 2012.

[3Sur le baromètre Ifop-Fiducial pour Public Senat, Europe 1 et Paris Match, 26 mars 2012.

Lire aussi

  • Crise du journalisme : « Recherche sondage désespéremment »

    4 juin 2018

    Pourquoi les sondages n’ont-il pas encore enregistré les humeurs frondeuses de la « jeunesse » s’interroge (sérieusement ?) le quotidien Le Monde qui a cru percevoir ici ou là quelques signes (...)

  • L’effet Johnny...

    13 décembre 2017

    Emmanuel Macron est toujours majoritairement impopulaire auprès des personnes sondées par les entreprises de sondages.
    Cette impopularité tend cependant à se réduire lentement mais surement (...)

  • Jean-Louis Bourlanges s’en mêle aussi : les sondeurs américains sont maudits

    13 novembre 2016

    Comme Christophe Barbier, l’éditorialiste vedette de l’Express , Jean-Louis Bourlanges, politologue chargé de cours à Sciences-Po Paris semble un peu fâché avec la logique et peu sensible au principe (...)