observatoire des sondages

Aucun sondage politique le temps d’une campagne pour Le Parisien

mardi 3 janvier 2017

Le directeur des rédactions du Parisien/Aujourd’hui en France Stéphane Albouy a annoncé mardi sur France Inter que le quotidien ne commanderait plus de sondages politiques, une « pause » pendant la campagne pour « se concentrer sur le journalisme de terrain » (AFP, 3 janvier 2017).

A coup sûr, ce n’est pas « une information comme une autre » comme on le dit si souvent à propos des sondages, ce renoncement partiel - le Parisien ne commande plus de sondages mais ne s’interdit pas de relayer ceux des autres médias - est intéressant à deux égards : il marque une première rupture à l’égard de l’addiction médiatique aux sondages - surtout électoraux - dont on sait qu’elle est particulièrement élevée dans la presse française et offre le terrain d’une expérience comparative où l’on aura beaucoup d’intérêt à suivre les traitements comparés de la campagne présidentielle et leur écho.

On peut déjà croire le Parisien qui dément un intérêt financier immédiat car le journalisme de terrain coûte plus cher que les sondages - le journal avoue en commander pour plusieurs dizaines de milliers d’euros chaque année - et féliciter la rédaction de faire un choix de qualité de l’information. En démentant diplomatiquement toute défiance avec les sondeurs mais en adoptant la critique d’une transformation de l’élection présidentielle en « course de chevaux ».

Lire aussi

  • Hypothèses impossibles : Le Monde en retard d’une guerre

    24 octobre 2021

    On ne saurait garantir à 100% qu’à la seule évocation de son nom la commission des sondages déclenche l’hilarité des sondeurs, mais on peut affirmer sans risque de se tromper que s’ils la « respectent » (...)

  • L’action politique à coups de sondages

    6 juin 2014

    L’affaire Bygmalion a, une fois de plus, pointé du doigt des responsabilités éventuelles de Nicolas Sarkozy dans les irrégularités comptables de la campagne électorale présidentielle de 2012. Une épée (...)

  • Encore un sondage Ifop-Jdd pour rien

    4 septembre 2011

    1918 internautes soudoyés par l’Ifop ont consenti à exprimer une intention de vote à la présidentielle pour nourrir l’édition du 4 septembre 2011 du Jdd. Inutile de s’attarder comme le font une fois (...)