observatoire des sondages

Complotisme vs charlatanisme

vendredi 8 février 2019

Un an après la publication de leur étude sur le complotisme en France la fondation Jean Jaurès, organisation proche du Parti socialiste, l’Ifop et l’association Conspiracy watch ont récidivé. Le battage médiatique suscité à l’époque explique peut-être l’obstination du trio. Les biais considérables qui entachaient irrémédiablement la qualité de l’étude n’avaient sans surprise pas empêché la presse d’en donner un large écho. Comme on pouvait s’y attendre la version 2019 présente exactement les mêmes « qualités ».

Rien de surprenant puisqu’au vu du compte-rendu (exhaustif) publié sur le site de la fondation Jaurès [1], les quelques modifications apportées à la version précédente sont d’ordre purement cosmétique. Contrairement à 2018, les auteurs n’ont pour l’heure pas souhaité publier l’intégralité du questionnaire soumis aux internautes. La presse (audio-visuelle et écrite) a abondamment commenté les conclusions de la livraison 2019 à l’exception, pour l’instant et à notre connaissance, de quelques quotidiens nationaux (comme Le Monde ou Libération) ou titres de la presse magazine.

Parmi les changements opérés nous retiendrons :

- un remaniement partiel de la liste des énoncés complotistes (exit donc les « doutes » sur la rotondité de la terre). Aucune explication n’accompagne cette modification. Curieuse conception du travail qui ne revendique pas explicitement il est vrai son caractère scientifique. Prudence des auteurs ? Cette nouvelle liste demeure néanmoins tout aussi hétérogène que la précédente.

- le recours à une « échelle de Bruder » simplifiée (note de 1 à 10) à la place de l’échelle de Likert simplifiée, pour retranscrire les degrés d’adhésion aux théories complotistes énoncés.

- la possibilité offerte aux sondés de ne pas se prononcer, étrangement absente du précédent questionnaire.

Quoi qu’il en soit notre constat de 2018, publié en deux parties, demeure entier (cf. Complotisme : fake news à la une (I) ; Complotisme : fake news à la une (II)). Comment pourrait-il en être autrement lorsque les auteurs, tout à leur œuvre de débusquer la « mentalité conspirationniste », proposent d’établir un profil type du complotiste à partir d’un QCM de trois questions seulement. Questions dont on peine par ailleurs à voir sérieusement un quelconque rapport avec le « complotisme » tant leur acception est large (cf. ci dessous [2]).

JPEG - 24.5 ko
JPEG - 72.3 ko
JPEG - 106 ko

Les profileurs de la police judiciaire, de la gendarmerie, ou du FBI n’ont qu’à bien se tenir. Le profil des auteurs de cette « enquête » est quant à lui facile à dresser : des humoristes contrariés.


[1Cf. Enquête complotisme 2019 : les grands enseignements, fondation Jean Jaurès, 6 février 2019.

[2Autre modification cosmétique par rapport à l’étude précédente qui interrogeait les sondés sur leur lecture de l’horoscope.

Lire aussi

  • L’avis d’un beauf

    27 octobre 2022

    Cyril Hanouna se distingue par une exceptionnelle vulgarité sur des chaines de télévision qui n’en manquent pas. A l’occasion d’un meurtre sordide d’une petite fille, exploitée politiquement par (...)

  • Sondage à la sauce hongroise

    16 octobre 2022

    Les sondages, on le sait, ne sont pas l’apanage des démocraties. N’en déplaisent aux sondeurs qui tels des arracheurs de dents affirment le contraire depuis des lustres. Enquêtes publiques de masse, (...)

  • Se payer un sondage

    9 janvier 2022

    Si les sondeurs utilisent leurs sondages comme outil d’auto-promotion, destinés avant tout chose à entretenir leur notoriété, ils ne sont bien sûr pas les seuls à y avoir recours comme outil (...)