observatoire des sondages

Devinette sondagière

lundi 2 mars 2015

« Et même si, globalement, le système politique démocratique est plébiscité par 91 % des sondés, ils sont 51% à se dire favorable à « un homme fort qui n’a pas à se préoccuper du Parlement ni des élections ». Cette aspiration à une démocratie autoritaire et protectrice est un des effets induits par « le 11 janvier », au-delà de sa tonalité initiale ».

Qui a pu dire une telle ânerie ?

- 1 – quelqu’un qui croit ce que disent les sondages même si cela est parfaitement contradictoire car « un homme fort qui n’a pas à se préoccuper du Parlement ni des élections », cela s’appelle un dictateur et c’est donc le contraire d’une démocratie.

- 2 – quelqu’un qui se croit obligé de concilier deux propositions contradictoires en trouvant une sorte de compromis boiteux : une « démocratie autoritaire et protectrice ». Une démocratie sans Parlement et élections, connaissez-vous ?

- 3 – quelqu’un qui explique aux manifestants du 11 janvier que les effets induits de leur action sont l’appel à une sorte de Mussolini. Pauvres imbéciles qui n’avaient pas compris…

Pour connaître la réponse cliquer sur l’image ci-dessous

JPEG

Lire aussi

  • La commission retrouve ses esprits

    8 mars 2021

    La menace qui pesait sur la critique des sondages est pour l’instant levée (cf. Comment dissuader la critique ?). La commission des sondages a retrouvé sa silhouette habituelle. Nous voilà (...)

  • Comment dissuader la critique ?

    6 mars 2021

    La très discrète et très accommodante Commission des sondages, demeure un élément déterminant dans la perpétuation de l’imposture de l’industrie des intentions de vote. A un an de la présidentielle (...)

  • Comment s’habille la jeunesse ? (version Ifop)

    3 octobre 2020

    Qualifié d’expert par la Fondation Jean Jaurès (un bon client de l’Ifop) le directeur du pôle Politique/Actualités du sondeur, enseigne également, si l’on en croit la Fondation, la science politique à (...)