observatoire des sondages

Doxosophie de la pauvreté, pauvreté de la doxosophie

vendredi 2 juin 2023

Pensées et conçues depuis toujours comme des défalques des études de consommation ou de satisfaction, il ne fallait guère attendre des « enquêtes » de sondeurs, quand ils s’immiscent dans des affaires autrement plus fondamentales, douloureuses ou complexes que celles qui constituent leur fond de commerce, qu’elles soient subtiles et intelligentes, voire honnêtes. Rien de commun entre le nouveau goût du sirop de fruit X, ce qu’en disent les consommateurs, les nouvelles améliorations à apporter au futur modèle de smartphones Y, ou les appréciations des détenteurs de compte de la banque Z à l’égard de son service clientèle et : la lutte contre la pauvreté ou pour la réinsertion des plus socialement démunis. Sauf donc pour les marchands de QCM.

En annonçant le 27 avril sur France 2 qu’elle souhaitait conditionner le versement du RSA à l’exercice d’une activité de 15 à 20 heures par semaine [1], la Première ministre indiquait que son gouvernement avait entendu les « Français », contrairement à sa réforme des retraites, ou plus exactement ceux qui prétendent être leurs intermédiaires et porte-parole : les sondeurs. C’est bien sûr l’inverse, ce sont les entreprises de sondage qui avaient fini par entendre les politiques qui prônaient depuis longtemps, bien avant même E. Macron lors de la dernière campagne présidentielle, que pour lutter contre la pauvreté ou œuvrer à la réinsertion des plus pauvres il fallait, en échange des allocations qu’ils perçoivent, qu’ils apportent eux aussi, comme le font tous ceux qui travaillent, leur écot à la bonne marche du pays.

Traduit en langage sondagier la forme est on ne peut plus simple, respectant à la lettre la « bonne vieille » logique binaire du Oui/Non, d’accord/pas d’accord sans autre forme de procès (voir image ci-dessous). Aucun sondeur ne se distingue l’un l’autre. Ni Elabe, ni CSA ni l’Ifop (pour ne citer que les dernières entreprises qui se sont mêlées du RSA) ne renient leur raison d’être : le commerce et le marketing [2]. Cinq mois après la présidentielle, sur le thème plus général mais plus flou de « l’assistanat » et « des solidarités envers ceux qui sont dans le besoin » [3] Ipsos obéit à la même conception. « Les Français » des sondeurs sont majoritairement tous favorables à ce conditionnement. Un acquiescement prévisible.

JPEG - 67.7 ko

Sans même présager du résultat que l’on obtiendrait ce faisant, que la faisabilité générale de la mesure envisagée ne soit jamais mentionnée relève quasiment de la forfaiture. Pas la moindre trace d’évocation de son coût en terme d’organisation, de mobilisation des ressources humaines ou financières (plusieurs milliards d’euros d’après les estimations des économistes) [4], et des expert y compris parmi les plus libéraux [5] Aucune traduction même succincte par une rapide référence dans les différents QCM sondagiers. Pourquoi ?

Sans être uniformes ni univoques les articles de presse sérieux (spécialisée ou non) les études académiques, qui traitent des conditions à respecter pour que les politiques publiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale soient autre chose que des objets bureaucratiques sans effet positif tangible, abondent et sont publiés régulièrement. Mais on sait les doxosophes paresseux, ils ne lisent jamais et quand ils lisent, ce n’est guère brillant. On vient encore d’en avoir un aperçu avec l’explication de Norbert Elias d’un sondeur à E. Macron (cf. Décivilisation).

Alors ? Amateurisme ? Au minimum. Parti pris, stigmatisation, voire volonté de nuire, certains pourront le penser. Difficile en effet de pas voir dans ce traitement doxosophique et dans cette paresse une émanation du cliché antédiluvien des pauvres qui ne doivent leur pauvreté qu’à eux-mêmes, sauf bien sûr une minorité. Que s’ils le demeurent c’est par paresse (eux aussi...), qu’ils le veulent bien, qu’il leur « suffirait de traverser la rue » comme dirait E. Macron [6]. Autrement dit leur sortie de la précarité ne couterait rien ou presque à la collectivité s’ils y mettaient du leur. Inutile on le sait aussi de soumettre à la sagacité des photographes amateurs et leur photo du pauvre, parasite indolent et profiteur, la prise de vue autrement plus précise de la Cour des comptes avec ses 3 personnes sur 10 potentiellement éligibles au RSA qui n’en font pas la demande [7]. Car de sagacité ils sont dépourvus. Plutôt que la honte ou la difficulté pour certaines personnes de franchir les étapes administratives requises pour le versement d’une aide ils n’y verraient que la confirmation de leur paresse puisqu’ils ne font même pas l’effort d’aller toucher ce à quoi ils ont le droit.

Le 6 avril 2023 une commission d’enquête parlementaire publiait un rapport accablant sur les politiques publiques menées depuis 30 ans en matière de choix énergétiques, qualifiés entre autres de « divagation politique » et de « lente dérive » [8]. Suite à cette publication l’ancien haut commissaire à l’énergie atomique de 2012 à 2018 Y. Bréchet auditionné par la commission lors de ses travaux déclarait au Figaro :

- « Nous sommes en train de mourir de situations ou on demande de répondre par oui ou non à des questions complexes et que la manière d’éviter la complexité c’est dire oui et non en même temps » (11 avril, 2023).

Les pauvres ne mourront certes pas, dans un avenir proche du moins, de la pauvreté doxosophique. Mais que cette fausse monnaie ne leur permette pas d’être moins pauvres, a fortiori de s’enrichir, semble plus que probable.


[1Revenu de solidarité active.

[2Forgée durant la première moitié du vingtième siècle aux Etats-Unis, et son expansion dans les années 1930.

[3Ipsos Sopra Steria pour Le Monde, la Fondation Jean Jaurès et le CEVIPOF, 4 octobre 2022.

[4cf. par exemple Michael Zemmour (économiste, Paris I) :« Ce n’est pas une politique publique basée sur la connaissance que l’on a du sujet, il n’y a pas les activités, il n’y a pas la logistique pour mettre 2 millions de ménages d’allocataires du RSA en activité », BFMTV, 18 avril 2023.

[5Cf. les estimations de l’IFRAP.

[6« Vous faites une rue, vous allez à Montparnasse, vous faites la rue avec tous les cafés et les restaurants. Franchement, je suis sûr qu’il y en a un sur deux qui recrute en ce moment. Allez-y ». En réponse à un chômeur qui désespérait de ne pas trouver d’emploi dans l’horticulture, 15 septembre 2018. cf. « Je traverse la rue et je vous trouve un travail », Wikipedia

[7Cf. Cour des comptes, Entités et politiques publiques Le revenu de solidarité active, janvier 2022.

Lire aussi

  • Des intentions de vote frelatées comme faire-valoir : le cas F. Ruffin

    30 avril 2024

    Si J-L Mélenchon, dont le désir d’être président de la République semble inextinguible, s’interrogeait encore sinon sur la loyauté du moins sur les ambitions de F. Ruffin, le député de la Somme vient de (...)

  • Prophétie Bolloré : l’enfer après le paradis ?

    29 février 2024

    On se demandait ce que V. Bolloré voulait faire de CSA, l’entreprise de sondage quelque peu mis en sommeil depuis son rachat en 2008. On le sait maintenant plus précisément. Le réveiller à l’heure (...)

  • Attal versus Goldman

    5 février 2024

    Si Jean-Jacques Goldman (à son corps défendant faut-il le rappeler) condense à lui seul toute la vacuité et l’imposture des mesures sondagières et tout particulièrement celle de la popularité, il faut (...)