observatoire des sondages

Et maintenant les sondages Bolloré...

dimanche 9 janvier 2022

Devenu progressivement muet médiatiquement depuis son rachat par le groupe Bolloré en 2008 suivi en 2015 de son intégration au groupe Havas, le sondeur CSA tente depuis quelques mois un « come back » dans le champ médiatique. La proximité de l’élection présidentielle n’est bien sûr nullement étrangère à cette tentative portée par la chaine d’infos en continu Cnews, également propriété, faut-il le rappeler, du groupe Bolloré. On est jamais mieux servi que par soi-même.

Rien n’interdit aux entreprises de sondages, et a fortiori à leurs propriétaires de faire comme bon leur chante, de « monter » des « enquêtes » sur les sujets qui leur plaisent, de rédiger les questionnaires à leur guise, autrement dit de fabriquer des sondages favorables à une cause ou un parti. Les sondeurs essaient, la plupart du temps du moins, de masquer minimalement les biais politiques ou idéologiques par trop voyant de ces soi-disant enquêtes. Sans toujours y parvenir, le nombre d’articles relatifs aux push polls explicites publiés par l’Observatoire en témoigne [1]. On sait que Eric Zemmour, candidat déclaré à la présidentielle, continue malgré ses nombreuses incartades, d’être choyé par les dirigeants du groupe. Pour l’instant les sondages de CSA rendus publics « en exclusivité » sur la chaine Cnews rappelle à s’y méprendre l’Ifop du temps de L. Parisot, devenu en quelques années le principal pourvoyeur de push polls de la profession.

Il suffit pour s’en convaincre de se rapporter aux thèmes racoleurs de ces sondages, aux questions biaisées, aux réponses sans surprise induites par leur formulation, etc. (cf pour illustration les photo d’écran de Cnews ci-dessous.)

JPEG - 92.2 ko
JPEG - 87.1 ko
JPEG - 106.3 ko
JPEG - 106.2 ko
JPEG - 101.5 ko

Les inquiétudes suscitées par la voracité de Vincent Bolloré, qui concentre entre ses mains un nombre toujours plus important de médias vont croissant (cf. par exemple Le Monde, 15 décembre 2021). Encore omettent-elles une entreprise de sondages, en l’occurrence CSA. Est-ce un détail ?

Pour l’heure, l’absence systématique de notices détaillées des sondages diffusés sur Cnews est une anomalie singulière. Même si les indications figurant sont à l’initiative des sondeurs elles demeurent un élément essentiel pour évaluer la qualité d’un sondage. Négligence du sondeur ? C’est fâcheux, pour ne pas dire peu crédible, d’autant plus « étrange » que les notices d’autres sondages aux thèmes moins racoleurs (non diffusés sur Cnews) sont consultables sur son site. « Bizarrerie » d’autant plus suspecte qu’elle concerne également les sondages en relation avec la future présidentielle (cf. par exemple ci-dessous) qui relèvent de la compétence de la commission des sondages et de son contrôle.

JPEG - 127.2 ko

Autrement dit le sondeur a obligation de lui transmettre la notice de chacun d’entre eux. Or, comme on le pressentait, CSA n’a jusqu’à présent pas daigné le faire. Aucune trace sur le site de la commission. Si prompte à relever les idioties de l’ex-journaliste sportif présentateur de Cnews, Pascal Praud (cf. La commission entérine la violation de la loi), cette dernière n’a toujours pas réagit à ce manquement caractérisé à la loi, faute peut-être de l’avoir remarqué. Pour combien de temps ? Car comme le laisse présager le sondage diffusé suite aux propos de E. Macron à l’encontre des non vaccinés (cf. ci-dessous) on peut raisonnablement penser que V. Bolloré et CSA ne comptent pas en rester là.

JPEG - 113 ko

[187 sur le seul mot clé push polls.

Lire aussi

  • Se payer un sondage

    9 janvier 2022

    Si les sondeurs utilisent leurs sondages comme outil d’auto-promotion, destinés avant tout chose à entretenir leur notoriété, ils ne sont bien sûr pas les seuls à y avoir recours comme outil (...)

  • La commission entérine la violation de la loi

    30 octobre 2021

    L’attitude de la commission des sondages est, si était encore possible, de plus en plus « problématique ». La violation incontestable et incontestée de la loi de 1977 par un ex-journaliste sportif devenu (...)

  • « Les sondages de l’Elysée » version autrichienne

    12 octobre 2021

    Il n’y a pas qu’en France, on peut s’en douter, que les sondages sont utilisés comme « arme politique ». En Autriche aussi. Un usage qui n’a pas échappé non plus au parquet anti-corruption du pays. (...)