observatoire des sondages

Humour, schizophrénie... comprenne qui pourra

dimanche 10 octobre 2021

Le quotidien Le Monde aurait-il le sens de l’humour ? Un humour quelque peu hermétique certes. A moins que la fièvre sondagière lui ait fait perdre le nord entre la vieille connivence entre amis - qu’il cultive depuis longtemps avec l’ensemble des sondeurs et ses ventriloques dans le champ académique [1] - et les scrupules d’un esprit critique naissant (cf. l’extrait de l’éditorial consacré au sondages ci-dessous).

- Jamais les sondages n’ont autant été exposés au risque de se tromper et jamais ils n’ont acquis un tel statut dans une précampagne présidentielle. Tel est le paradoxe de la période, marquée par le profond déclin des partis politiques. Les élections régionales de juin auraient dû déclencher l’application d’un rigoureux principe de précaution quant à leur usage.(...) En attendant, les sondages apparaissent comme un pis-aller. Par défaut de tout le reste, ils montrent les dangers, au risque de les amplifier.


[1Cf. son édition datée du 10 octobre 2021.

Lire aussi

  • Bilan de la présidentielle : « retour à la normale »

    29 avril 2022

    Après le fiasco des régionales de 2021, les sondeurs redoutaient sans l’avouer publiquement le scrutin présidentiel, exercice prophétique réputé pourtant plus simple par la profession. Ils n’ont certes (...)

  • J-L Mélenchon vicitime de sondeurs trop honnêtes (dixit A. Duhamel)

    12 avril 2022

    « Intronisé » par une presse en quête de « clash » permanent et par les sondeurs peu soucieux de rigueur scientifique (si ce n’est pour qu’elle se taise]), le candidat d’extrême droite Eric Zemmour a fini, (...)

  • Des intentions de vote en mal d’expression

    17 janvier 2022

    Si la critique des sondages impose d’apporter des preuves irréfutables à l’appui de ses affirmations, il peut sembler inutile parfois d’établir une liste fournie des défauts qui les minent. Les (...)