observatoire des sondages

Il y a 39 ans : F. Mitterrand, les sondages et la peine de mort

lundi 9 mars 2020

Le 16 mars 1981, invité à l’émission « Cartes sur table » d’Antenne 2 François Mitterrand, alors candidat à l’élection présidentielle, déclare ouvertement son opposition à la peine capitale en dépit des sondages favorables [1]. Une fois élu il tiendra parole (portée par Robert Badinter, son ministre de la Justice ) : il fera abolir la peine de mort.

- Alain Duhamel : monsieur Mitterrand cela fait une heure vingt que nous sommes ensemble nous avons donc chacun (J-P. Elkabbach) une dernière question à vous poser. La mienne c’est celle-ci : il y a actuellement cinq condamnés à mort dans des cellules, je voudrais savoir si vous étiez élu président de la République si vous les gracieriez.

- François Mitterrand : pas plus sur cette question que sur les autres je ne cacherais ma pensée. Et je n’ai pas du tout l’intention de mener ce combat à la face du pays en faisant semblant d’être ce que je ne suis pas. Dans ma conscience profonde qui rejoint celle des Eglises, de l’Eglise catholique, les Eglises réformées, la religion juive, la totalité des grandes associations humanitaires, internationales et nationales, dans ma conscience, dans le for de ma conscience : je suis contre la peine de mort. Et je n’ai pas besoin de lire les sondages qui disent le contraire, une opinion majoritaire est pour la peine de mort. Hé bien moi je suis candidat à la présidence de la République et je demande une majorité de suffrages aux Français mais je ne la demande pas dans le secret de ma pensée. Je dis ce que je pense, ce à quoi j’adhère, ce à quoi je crois, ce à quoi se rattachent mes adhésions spirituelles, ma croyance, mon souci de la civilisation : je ne suis pas favorable à la peine de mort

- Jean Pierre Elkabbach : donc vous les gracieriez ?

- François Mitterrand : je ferais ce que j’aurais à faire dans le cadre d’une loi que j’estime excessive, c’est à dire régalienne, d’un pouvoir excessif donné à un seul homme : disposer de la vie d’un autre, mais ma disposition est celle d’un homme qui ne ferait pas procéder à des exécutions capitales.

PS : après s’être tus pendant de nombreuses années les sondages sur la peine de mort (son rétablissement) ont recommencé à donner de la voix, épaulés comme à leur habitude par la presse en mal (chronique) d’émotions, aux moments les plus opportuns : attentats, meurtres, viols, faits divers macabres, etc.
JPEG - 114.6 ko
JPEG - 193.2 ko
JPEG - 95.7 ko
JPEG - 115.9 ko

Lire aussi

  • « Les sondages de l’Elysée » version autrichienne

    12 octobre 2021

    Il n’y a pas qu’en France, on peut s’en douter, que les sondages sont utilisés comme « arme politique ». En Autriche aussi. Un usage qui n’a pas échappé non plus au parquet anti-corruption du pays. (...)

  • Les pousse-au-crime et la peine de mort

    2 octobre 2020

    On connait le goût des sondeurs pour la provocation, les sondages pousse-au-crime, sur des sujets délicats et sensibles, publiés le plus souvent opportunément lors d’événements ou faits divers (...)

  • Les sondeurs face au covid-19 : l’occasion manquée

    17 avril 2020

    Comme la grande majorité des entreprises du secteur dit marchand les sociétés de sondages ont vu leurs activités sensiblement décroître depuis le confinement lié à la pandémie du covid-19. Sauf une, la (...)