observatoire des sondages

Le « mystère » Jean-Jacques Goldman

mardi 3 janvier 2023

Juillet 2004, le chanteur français de variétés Jean-Jacques Goldman annonçait la fin de sa carrière et son retrait de la scène musicale et médiatique. En dépit de quelques apparitions et contributions il n’est jamais revenu sur sa décision. Il est donc invisible et muet depuis 20 ans ou presque, et au demeurant un inconnu pour les moins 25 ans. Pourtant cette année encore il figure pour la douzième fois depuis la première édition (en 1988) en tête des « personnalité préférées des Français » au palmarès annuel de l’Ifop et son complice le Journal du Dimanche (31 décembre 2022). Une étrangeté ? Une ânerie plutôt doublée d’une fausse nouvelle pas si difficiles à appréhender.

Le « mystère » a cette année moins troublé la presse. Le doute sur le sacre continuel d’une ancienne célébrité de la variété française indifférente voire hostile aux projecteurs médiatiques aurait-il finit par atteindre des rédactions, toujours plus nombreuses ? Peut-être, même si l’on ne doit se faire aucune illusion sur leur clairvoyance face à cette preuve annuelle de la fantaisie des sondages. Les autres « enquêtes » sont-elles si différentes ?

« Mystère » rime ici avec arbitraire, la liste des personnalités soumise aux suffrages des sondés est, au choix, concoctée ou bidouillée par le sondeur et le JDD. Absent des sélectionnés après avoir demandé expressément d’en être retiré, J-J. Goldman a logiquement perdu les honneurs des deux compères plusieurs années durant. Son retour en « grâce » n’est donc, tout aussi logiquement et avant toute chose, que le résultat d’une nouvelle « opération » : son retour dans la liste des sélectionnés (manière opportune de masquer l’arbitraire qui préside à leur classement).

Personnalité politique foncièrement impopulaire durant ses mandats, Jacques Chirac a vu l’hostilité sondagière dont-il était l’objet décroitre, un peu, après son départ de l’Élysée et les révélations (en image) de sa maladie. Il n’en est pas, loin s’en faut devenu majoritairement populaire, comme le laissent entendre presse et sondeurs (cf. De la popularité en politique : l’exemple de Jacques Chirac), plus encore depuis sa mort. En comparaison, non exclusive, de l’ex-président de la République, nul doute que le manque d’aspérité de J-J. Goldman facilite grandement les attitudes plébiscitaires. Mais sauf à croire que les derniers inconditionnels du chanteur se sont donné le mot pour troller le classement (techniquement toujours possible) sa « consécration » bien repose donc aussi sur une attitude elle sans mystère, triviale, plutôt très sommaire : « aimé de tous » car très discret, inexistant publiquement ou médiatiquement, peu ou pas clivant, etc.

Il demeure un point que nous hésitons à aborder tant il est évident après toutes ces années de critiques qu’il est vain sinon d’en parler du moins d’entrer dans les détails, même s’il est crucial. Aussi nous contenterons nous en ce début de nouvelle année de le formuler sous forme de quelques questions et « sous-questions ». Si les réponses semblent évidentes nous laissons les lecteurs décider de celles qui lui semblent les plus appropriées.

- Quelle personne peut bien vouloir (encore et toujours) répondre à des questions qui ne l’intéressent pas ou peu, des questions que personne ou si peu ne se posent, des questions à l’évidence biaisées et/ou sans intérêt, stupides, etc. ?

- Quelle personne peut accepter continuellement ou régulièrement de répondre sans savoir, sans connaître, etc., si ce n’est n’importe quoi ou ce qui lui passe par la tête ?

- Dès lors qui compose les panels des sondeurs et leurs échantillons et répond à leurs questions ?

- De ce fait les critères de sélection et les quotas sondagiers sont-ils (encore) pertinents ?

Politiques, politologues et journalistes, on le sait ne sont guère sensibles, question de culture, au questionnement et à la critique scientifiques même si ceux-ci semblent parfois aller de soi. « De quoi les sondés sont-ils le nom ? » serait-il plus audible pour des professions attachées avant tout au vocabulaire et à la critique politiques ? On peut largement en douter. Peut-être est-ce mieux ainsi. Autant dire que presse et sondeurs nous réservent une année 2023 pleine de fantaisies, les leurs.

Lire aussi

  • Poutine et les Russes : madame Irma consultante pour LCI

    1er juillet 2023

    Si la profession journalistique a fini par comprendre que le réchauffement climatique nécessitait sinon une élévation de son niveau de culture scientifique du moins un traitement un peu plus (...)

  • Le drôle de féminisme de l’Ifop

    4 janvier 2023

    Après 14 ans d’existence le doute demeure un élément crucial de la veille et de la critique scientifique exercées par l’Observatoire des sondages. Il est pourtant un aspect où il est de plus en (...)

  • Le comble du doxosophe

    11 novembre 2022

    Journalistes-politologues et sondeurs n’ont pas la réputation d’être des lecteurs de livres, a fortiori de philosophie analytique. Ils sont beaucoup plus connus en revanche pour leurs blagues ou (...)