observatoire des sondages

“Les Chinois aiment leurs dirigeants” : ceci n’est pas un sondage mais...

dimanche 19 juillet 2020

« Les Chinois sont plutôt satisfaits de leurs dirigeants ». C’est ce que prétendent deux enquêtes menées en Chine sous la houlette d’universitaires américains dont le quotidien Le Monde, via son correspondant dans le pays, s’est fait l’écho dans un article au demeurant bien singulier (18 juillet 2020).

- La tonalité en est donnée dès les premières lignes reprenant les « éléments de langage » propres aux commentaires qui accompagnent nombre de sondages réalisés et publiés en France. Un rappel de pure forme à prendre les résultats (et donc logiquement le commentaire lui-même) avec « précaution ». Malgré leurs différences et leurs défauts, ces deux enquêtes seraient ni plus ni moins fiables que d’autres.

JPEG - 118.9 ko

Comprendre : les sondages ont des défauts, des biais (un peu, beaucoup...) mais on s’en moque.

- Le mode d’administration de ces enquêtes, visant à recueillir l’assentiment de la population chinoise à l’égard des autorités du pays (notamment sur sa gestion de la pandémie du covid) ferait bondir n’importe quel professionnel français du métier, pourtant peu réputé dans le champ scientifique pour son intransigeance méthodologique ou épistémologique. Ce sont des étudiants chinois, que l’on devine zélés, disciplinés et sans malice qui se sont chargés de diffuser les questionnaires sur des sites internet chinois (libres de tout système de surveillance ?). Ce ne sont donc au mieux que des votes de paille (straw polls) [1]. Quant aux entretiens individuels menés auprès de 31 000 chinois entre 2003 et 2016, on imagine sans difficulté « la qualité » des réponses d’interviewés vivant sous une dictature.

- La conclusion (la morale ?) de ces deux « enquêtes » au demeurant parfaitement inutiles sauf à les prendre pour ce qu’elles sont vraiment, des outils de mobilisation politique, de propagande, est sans surprise : « les Chinois aiment leurs dirigeants ». Tout le monde le sait, aujourd’hui comme hier, les dictateurs sont aimés de ceux qu’ils tiennent sous leur férule, qui l’avouent d’ailleurs sans peine quand on leur demande... La peur, a fortiori la terreur, n’auraient bien sûr rien à voir dans ce constat. On « rêve ». Il n’y aurait donc que dans les démocraties que les « peuples » sont mécontents de leurs dirigeants. Preuve de la faillite de ces régimes ? Un argument de choix pour les cyniques peu sensibles à la subtilité. De quoi ravir encore plus le « petit père du peuple » Xi Jinping, qui ne se prive pas d’en user pour justifier la nature du régime chinois, et celui qu’il tente d’imposer à Hong Kong.

Que Le Monde (et son correspondant à Pékin) dont les affinités et accointances avec celui des sondeurs sont avérés depuis longtemps [2], aient finalement choisi selon la « bonne vieille idéologie » professionnelle de faire comme s’il s’agissait là d’une « information comme une autre », par définition toujours riche d’enseignements, plutôt que de se moquer, de soupçonner des contrefaçons rédhibitoires, voire de dénoncer une manipulation, en dit long sur la cécité journalistique, sur la paresse intellectuelle, l’indigence scientifique et politique de la presse dès qu’il s’agit d’opinion, de sondage d’opinion, ou d’une « pâle copie » [3].


[3En l’occurrence un faux si l’on se réfère minimalement à la définition toujours revendiquée par les sondeurs malgré leurs entorses incessantes, cf. Qu’est-ce qu’un sondage ?.

Lire aussi

  • Des intentions de vote frelatées comme faire-valoir : le cas F. Ruffin

    30 avril 2024

    Si J-L Mélenchon, dont le désir d’être président de la République semble inextinguible, s’interrogeait encore sinon sur la loyauté du moins sur les ambitions de F. Ruffin, le député de la Somme vient de (...)

  • Prophétie Bolloré : l’enfer après le paradis ?

    29 février 2024

    On se demandait ce que V. Bolloré voulait faire de CSA, l’entreprise de sondage quelque peu mis en sommeil depuis son rachat en 2008. On le sait maintenant plus précisément. Le réveiller à l’heure (...)

  • Attal versus Goldman

    5 février 2024

    Si Jean-Jacques Goldman (à son corps défendant faut-il le rappeler) condense à lui seul toute la vacuité et l’imposture des mesures sondagières et tout particulièrement celle de la popularité, il faut (...)