observatoire des sondages

Misère de la “philosophie” : imagine-t-on Platon commenter un sondage ?

mercredi 12 avril 2017

Les sondeurs, les journalistes et les politiques fournissent les plus gros contingents à la "communauté" des doxosophes, terme par lequel Platon désignait les savants apparents et autres sophistes, des pseudo-philosophes en somme. On trouve toujours cependant dans les rangs de ces colporteurs de “l’opinion” (doxa), de la parole du peuple, de l’électeur, qui, faut-il les en croire, leur parle (de tout et tout le temps) des universitaires labellisés philosophes.

Certes le titre de philosophe a déjà été bien abîmé par les impostures médiatiques, et le militantisme n’est guère propice à la raison et à la maitrise de soi, mais les étudiants de celui-ci pourront-ils encore le prendre au sérieux après ça ? (Libération, 11 avril 2017) :

JPEG - 87.7 ko
JPEG - 57.7 ko

Lire aussi

  • “Les Chinois aiment leurs dirigeants” : ceci n’est pas un sondage mais...

    19 juillet 2020

    « Les Chinois sont plutôt satisfaits de leurs dirigeants ». C’est ce que prétendent deux enquêtes menées en Chine sous la houlette d’universitaires américains dont le quotidien Le Monde, via son (...)

  • Sonder sans sondage ni doute

    15 avril 2018

    Fournisseur officiel de la chaine d’info en continu BFMTV, le sondeur Elabe, en la personne de son Pdg Bernard Sananès (ancien journaliste et conseiller en communication), est venu présenter ce (...)

  • Comment un sondage prolonge la rumeur

    2 février 2014

    Ceux qui croyaient naïvement que les sondages contribuaient à la démocratie ont chaque jour une raison supplémentaire de se retourner dans leur tombe. Parmi d’autres arguments faibles, ne disaient-ils (...)