observatoire des sondages

Présidentielle 2027 : une obsession « hors-sol »

mardi 11 juillet 2023

Les sondeurs, leurs commanditaires officiels, officieux, nombre de journalistes politiques n’ont toujours pas compris - ou font toujours semblant de ne pas comprendre - que ce n’est pas parce que des sondés remplissent « consciencieusement » des QCM, en échange de quelques breloques incitatives, qu’ils se posent sérieusement les questions auxquelles ils répondent. Pour ne rien dire des « Français » que les panels biaisés, si volumineux soient-ils (il n’y a pas que la taille qui compte) sont censés représenter. Mais il en va ainsi des « TOC » sondagiers qui des mois, des années avant des élections prêtent à des électeurs supposés un intérêt réel, une opinion, une intention, pour celles-ci, mesurable et chiffrable. Tout cela n’est pas très sérieux.

Inhibition tant méthodologique que psychologique, à percevoir et à vouloir la vie politique comme une course permanente de « petits chevaux », le professionnel de la doxosophie est comme un marchand de marteaux qui voit le monde comme un clou. Triste tropisme. Qu’il y ait sans conteste une hiérarchie des préoccupations de tout un chacun ne change rien à l’affaire quand les échéances sont aussi lointaines.

JPEG - 164.9 ko

Les « préoccupations » du sondeur Elabe [1] et de la Tribune pour la présidentielle 2027 ne regardent assurément qu’eux-mêmes. La date du sondage au tout début de la période estivale, devrait déjà suffire à les disqualifier. Certes tous les Français ne sont pas encore partis. Tous ne partiront pas en vacances, mais qu’ils s’intéressent raisonnablement (en attendant, pour « compenser », etc.) à ce qui arrivera dans quatre ans est risible. Il n’est pas nécessaire de s’en remettre à Ipsos, au Cevipof et au Monde pour le savoir [2]. Sauf sans doute pour ceux qui en vivent. On pourrait presque croire qu’il s’agissait pour Elabe et la Tribune de préparer leurs vacances. Autrement dit avant la pause estivale publions un petit « sondage de m »...comme disait Plantu.

JPEG - 92 ko

Quoiqu’il en soit qu’ils aient à l’esprit le caractère performatif de ce type d’artefact et qu’ils en usent si longtemps avant le scrutin n’est pas une bonne nouvelle. Un indice supplémentaire de l’incompréhension, là aussi, par les professionnels de la doxosophie de leur rôle dans la désaffection critique pour la vie politique et l’hostilité croissante que suscitent les professionnels de la politique.


[1Dirigé par l’ancien journaliste, devenu conseiller en communication et sondeur, ancien Pdg de CSA et ex spin doctor de L. Wauquiez, V. Pécresse, X. Bertrand)

[2Cf. « Les principales préoccupations des Français », in Enquêtes électorales vague 1, 1 juillet 2023.

Lire aussi

  • Question naïve

    26 février 2024

    Qui fait le lien entre le grand nombre des sondages et l’actualité sociale ? D’un côté, les sondages se sont multipliés depuis plusieurs décennies ; de l’autre les mouvements sociaux sont plus fréquents (...)

  • Et encore Goldman : le ridicule ne tue pas

    3 janvier 2024

    On savait depuis la fin de l’année 2022, depuis bien plus longtemps en fait, que le chanteur de variétés retraité et retiré de la chanson depuis 20 ans, J-J. Goldman serait la "personnalité préférée (...)

  • Décivilisation : La surenchère du Point

    21 juin 2023

    Une pensée d’un auteur devenu classique (Norbert Elias) recyclée en slogan de communicant par un sondeur (Jérôme Fourquet) qui a « découvert » à partir de sondages les divisions françaises. Cela plaît (...)