observatoire des sondages

Sondage obligatoire

vendredi 3 septembre 2021

Le 25 mars 2020 Ipsos s’est vu attribué par le ministère de l’Intérieur pour la coquette somme de 1 208 333 euros (hors taxes) la réalisation d’une enquête nationale de victimation désignée sous le vocable « Genèse » [1]. Elle a débuté le 1er mars 2021 [2].

JPEG - 188.2 ko

Ce type d’enquête est généralement effectuée par l’Insee qui récolte chaque année "les faits de délinquance dont les ménages et leurs membres ont pu être victimes” ainsi que "l’opinion de l’ensemble de la population sur des question de sécurité [3].

Cette « Genèse » présente tous les aspects d’une dépossession de prérogative de puissance publique, d’une mission régalienne de l’Etat, au profit d’une société privée. Si la délégation de service public à une entreprise privée est banale on peut néanmoins s’interroger sur le bien-fondé d’une telle décision quand elle concerne le recueil de données particulièrement sensibles et intimes relatives à la sécurité des biens et des personnes [4]. Voire s’en inquiéter. Est-il besoin de rappeler qu’Ipsos est tout avant un marchand de sondages et de conseil en marketing. Les assurances et garanties concernant le respect des données (RGPD), lois et directives relatives à la vie privée sont-elles en outre de nature à rassurer les personnes visées ?

D’autant que l’enquête d’Ipsos hérite du même statut que celle de l’Insee. Elle est obligatoire et reconnue d’intérêt statistique par le Conseil National de l’Information Statistique (CNSIS). Rien de moins. Pire, les mentions légales publiées à part de la présentation générale nous apprennent en outre que refuser d’y répondre peut se solder par des poursuites pénales.

JPEG - 163.4 ko

Les enquêteurs d’Ipsos investis d’un pouvoir de police comme les enquêteurs du même nom. Le rêve secret, peut-être, de tout sondeur. Ne manque plus que l’obligation de dire la vérité en attendant le détecteur de mensonge ou le sérum de vérité.

Lire aussi

  • Hypothèses impossibles : Le Monde en retard d’une guerre

    24 octobre 2021

    On ne saurait garantir à 100% qu’à la seule évocation de son nom la commission des sondages déclenche l’hilarité des sondeurs, mais on peut affirmer sans risque de se tromper que s’ils la « respectent » (...)

  • « Les sondages de l’Elysée » version autrichienne

    12 octobre 2021

    Il n’y a pas qu’en France, on peut s’en douter, que les sondages sont utilisés comme « arme politique ». En Autriche aussi. Un usage qui n’a pas échappé non plus au parquet anti-corruption du pays. (...)

  • Sondage obligatoire (suite)

    10 septembre 2021

    Ipsos a décroché en mars 2020 un contrat public d’enquête de victimation qui a débuté en mars 2021 (cf. sondage obligatoire).
    Jusqu’à présent nul n’a trouvé matière à dire ou à... manifester.
    ni dans (...)