observatoire des sondages

Un(e) remplaçant(e) à E. Macron ? Des sondeurs y « travaillent » déjà

vendredi 7 avril 2023

L’Ifop n’avait pas besoin de tenter de bâillonner un universitaire pour apporter la preuve que sa « culture d’entreprise », pour reprendre une expression courue dans le monde des affaires, est étrangère depuis longtemps à la culture scientifique [1]. Son pseudo-sondage d’intentions de vote à une future présidentielle non datée le confirme une fois encore (Cf. Fiducial Le Figaro magazine, Sud Radio, 6 avril 2023). Le sondeur n’est certes pas un cas isolé. Elabe, qui n’a pas encore décidé d’attaquer des scientifiques en justice pour qu’ils se taisent, n’est pas en reste lorsqu’il annonce la victoire de Marine Le Pen face à E. Macron si la présidentielle a lieu « dimanche prochain » (cf. BFM TV, 5 avril 2023).

Il n’est certes pas nécessaire de posséder une solide formation scientifique pour comprendre qu’un sondage d’intentions de vote à un faux scrutin, par exemple un an après le vrai (pour Elabe), ou quatre ans avant (pour l’Ifop [2]) est, au mieux, un artefact, puisque des sondés issus de panels dont les qualités sont de plus en plus ouvertement contestés (enfin) par des statisticiens [3] acceptent malgré tout de répondre à des questions qui ne se posent pas. Plantu, dessinateur « vedette » du quotidien Le Monde pendant de longues années, était quant à lui moins prosaïque quant il s’agissait de qualifier ce genre de produit sondagier (cf. son blog toujours en ligne en accès libre).

Les sempiternels « rapports de force politique à un instant T » évoqués comme prétexte à ce déni de réalité sont tout aussi faux puisque que les paramètres initiaux (scrutin, date, candidats, candidatures, etc.) sur lesquels ils reposent sont faux. Last but not least aucune vérification empirique ne viendra donner la moindre substance aux résultats annoncés. On a connu imposture moins caractérisée.

JPEG - 71.6 ko

Les sondeurs semblent assumer comme disent les politiques pris en faute ou au dépourvu, autrement dit ils s’en moquent. Reste bien sûr que ces intentions de vote frelatées n’ont pas été concoctées par accident ou désœuvrement. La réforme des retraites voulue par E. Macron ponctuée ici et là de commentaires pousse-au-crime et de mensonges a non seulement provoqué d’importantes et parfois violentes manifestations de rue mais ravivé l’hostilité d’une partie de la population à l’égard de sa propre personne.

Si les compétences scientifiques des sondeurs laissent sérieusement à désirer, ils sont également comme le concédait encore récemment le directeur général délégué d’Ipsos des conseillers en manipulation politique (spin doctors en anglais) [4]. En spéculant sur une impossible victoire de Marine Le Pen face à E. Macron si la présidentielle avait « dimanche prochain », ou sur son remplaçant à l’issue de la prochaine présidentielle (ou en cas de présidentielle anticipée) le travail « d’influenceur » des marchands d’arme politique - pour reprendre un mot à la mode mais qui colle à merveille au travail de sape que la doxosophie exerce sur la vie politique française déjà mal en point - donne déjà des signes de vigueur. Ce n’est pas une bonne nouvelle, une de plus.


[2Qui se garde d’évoquer ce qui pourrait justifier une élection présidentielle anticipée, c’est à dire la démission ou la disparition prématurée d’E. Macron.

[3Cf. Le Monde, 27 mars 2023.

[4Brice Teinturier : « Il y a toujours eu plusieurs piliers dans les activités des instituts, la dimension de spin doctor en fait partie », L’addiction des politiques aux sondages confidentiels, Le Monde, 27 mars 2023.

Lire aussi

  • Attal versus Goldman

    5 février 2024

    Si Jean-Jacques Goldman (à son corps défendant faut-il le rappeler) condense à lui seul toute la vacuité et l’imposture des mesures sondagières et tout particulièrement celle de la popularité, il faut (...)

  • La clairvoyance arrive enfin sur un plateau

    5 septembre 2023

    Tout le monde sait ou devrait savoir tant cela va de soi, et ne jamais l’oublier, que sonder c’est avant tout poser une question (au minimum). C’est ce qu’a rappelé R. Pila, éditorialiste à LCI pour (...)

  • Macron « illégitime », les sondeurs entrent dans la danse

    5 mai 2018

    Si les sondeurs penchent très rarement à gauche, qu’ils se joignent au procès en illégitimité intenté au Président de la République par les opposants politiques les plus radicaux, principalement issus des (...)