observatoire des sondages

Une élection présidentielle à un tour : l’Ifop joue aussi

mercredi 3 juin 2015

En matière électorale, se perdre en conjecture est le passe-temps favori des sondeurs et des commentateurs.

Pour la prochaine présidentielle, dans deux ans... l’Ifop a accéléré le temps en négligeant le premier tour (Paris Match, 3 juin 2015). Le sondeur ne donne certes aucun vainqueur puisque cela a été en principe interdit par la commission des sondages. Pas grave, on se livre au « jeu du second tour préféré des Français », dix hypothèses de duels, avec de faux candidats, toujours les mêmes, Sarkozy, Hollande, Juppé, Le Pen, Fillon, et un peu de « sang neuf », Bruno Lemaire. Pas grand chose à tirer de ces simulations sinon que les sondés sont des enfants de chœur, en tout cas pas des stratèges. Ils auraient pu et dû placer souvent Marine Le Pen par dans les duels préférés car cela eut été la meilleure garantie de gagner pour leur candidat préféré. Gageons que les candidats eux y pensent très fort.

Lire aussi

  • Se payer un sondage

    9 janvier 2022

    Si les sondeurs utilisent leurs sondages comme outil d’auto-promotion, destinés avant tout chose à entretenir leur notoriété, ils ne sont bien sûr pas les seuls à y avoir recours comme outil (...)

  • Doxosophie : le variant Cluster17

    24 décembre 2021

    Plus de 2000 ans après l’incendie du temple d’Artémis d’Éphèse les disciples d’Erostrate continuent de multiples manières à perpétrer sa mémoire et sa « geste » : faire des sottises ou exhiber leur bêtise (...)

  • Hypothèses impossibles : Le Monde en retard d’une guerre

    24 octobre 2021

    On ne saurait garantir à 100% qu’à la seule évocation de son nom la commission des sondages déclenche l’hilarité des sondeurs, mais on peut affirmer sans risque de se tromper que s’ils la « respectent » (...)