observatoire des sondages

Titraille : « Le sondage qui change tout »

lundi 8 février 2010

« Le sondage qui change tout » annonce la couverture de Marianne (6 février 2010) à propos d’un sondage sur les intentions de vote aux élections présidentielles de… 2012. Alors qu’on ne connaît pas encore les candidats… sauf Nicolas Sarkozy, les sondés sont appelés à se placer dans différentes « hypothèses », « si le premier tour avait lieu demain », puis « si le second tour avait lieu demain ». Faut-il rappeler que lors des précédentes consultations présidentielles, les sondages ne permettaient pas de prévoir les résultats en 1981, en 1995 ou en 2002. Et cela quelques semaines seulement avant la date des scrutins. A qui sert donc ce genre d’opérations. S’il s’agit de dire comme l’article de Marianne l’infère, que le président sortant n’est pas assuré de sa réélection, on n’avait nul besoin de sondages pour le savoir. Les élections sont trop éloignées et il suffisait d’examiner les résultats des élections européennes de 2009 pour constater que le capital électoral de Nicolas Sarkozy est mal en point. Il est vrai qu’alors les commentateurs ont mal interprété. Quant à assurer qu’un sondage « change tout », la titraille n’excuse pas tout. Un sondage, particulièrement lorsqu’il est si éloigné de l’échéance, ne change évidemment rien. Le sensationnel se nourrit souvent du mépris du lecteur. Ce n’est pas en appeler à son intelligence mais stimuler une croyance superstitieuse à l’égard des sondages qui ne sert ni la compréhension ni la démocratie.

Lire aussi

  • Sondage fiction : Manuel Valls à l’Elysée

    25 octobre 2013

    Cela ressemble à un jeu : poser des questions qui ne se posent pas concernant un futur imprévisible. Terrain de jeu : la politique française. Harris Interactive n’est pas le joueur le moins zélé : « (...)

  • Le sondage de La Rochelle

    14 juin 2012

    Le premier tour des élections législatives de 2012 a montré la mauvaise qualité de ces sondages locaux (cf. Que valent les sondages locaux ?). Il semble bien que la taille réduite autour de 600 (...)

  • Election au FN : un si petit sondage

    17 décembre 2010

    225 internautes sondés par l’Ifop font croire que « Marine Le Pen écrase Bruno Gollnisch » selon le titre de Marianne (17 décembre 2010) alors que l’AFP et Le Point titrent : "Ecrasante majorité au FN (...)