observatoire des sondages

L’aveu

samedi 20 août 2011

Retour sur la défaite de Nicolas Hulot à la primaire Europe-Ecologie-Les Verts, annoncé gagnant à de multiples reprises par tous les sondeurs [1].

- Stéphane Soumier (BFM radio) : « Il me semblait comme une évidence que Nicolas Hulot avait un coup d’avance....et non non non ! Les choses sont beaucoup plus compliquées que ça, c’est ça l’idée ? ».

- Gaël Sliman (directeur adjoint de BVA) : « On est sur un corps électoral, le corps électoral des Verts à la primaire, qui repose sur une trentaine de milliers de gens, assez politisés, de militants, d’adhérents, qui n’a pas grand chose à voir avec les gens que nous sondons. c’est pour ça que l’extraordinaire avantage de popularité qu’avait Nicolas Hulot sur Eva Joly pouvait ne pas se traduire forcément sur le vote de ces militants. Ils en ont clairement pris le contre-pied. Ce qui est plutôt une bonne nouvelle, ça voudrait dire que les sondages n’ont pas eu une influence si décisive que cela sur le choix des militants écologistes. En choisissant finalement quelqu’un qui n’était pas le mieux placé dans les sondages pour leur propre camp, en se disant finalement qu’ils allaient choisir celle qui semblait leur correspondre le mieux au niveau des idées ».

Morale : les sondages n’avaient aucun intérêt. On le savait mais il est toujours intéressant de l’entendre de la bouche d’un sondeur.


[1BFM radio, 1 juillet 2011.

Lire aussi

  • Crise du journalisme : « Recherche sondage désespéremment »

    4 juin 2018

    Pourquoi les sondages n’ont-il pas encore enregistré les humeurs frondeuses de la « jeunesse » s’interroge (sérieusement ?) le quotidien Le Monde qui a cru percevoir ici ou là quelques signes (...)

  • Vieillesse et doxosophie : le double naufrage

    18 février 2018

    Politologue-sondeur à la retraite, Roland Cayrol hante toujours autant les plateaux de télévision. Malgré le nombre d’années sa détermination à faire du café commerce la Maison des Sciences de l’Homme (...)

  • L’effet Johnny...

    13 décembre 2017

    Emmanuel Macron est toujours majoritairement impopulaire auprès des personnes sondées par les entreprises de sondages.
    Cette impopularité tend cependant à se réduire lentement mais surement (...)