observatoire des sondages

La crise à l’UMP sondée

vendredi 30 novembre 2012

La crise à l’UMP offre matière à sonder. Ainsi 78 % des Français seraient selon OpinionWay favorables à un nouveau vote (Cf. Le Figaro-Lci, 30 novembre 2012). Question posée aussi aux sympathisants de gauche. Quant aux préférences des sympathisants UMP, eux aussi exclus du scrutin, ils sont encore plus favorables à un nouveau vote (80%). Encore faudrait-il que nous en connaissions l’effectif. L’habitude de cacher les sous-échantillons semble se généraliser parmi les sondeurs puisque, après l’Ifop et OpinionWay, c’est CSA qui omet d’indiquer le nombre de ses sondés sympathisants de l’UMP. Ceux-ci ont été interrogés sur le principal bénéficiaire de la crise : pour 37% d’entre eux, c’est le Front National (BFM TV, 28 novembre 2012). Quel bénéfice ? Pas si évident si on ne juge par la proportion inhabituelle de sans opinion, 25% de l’échantillon total. Surtout pour un sondage en ligne rémunéré. Quel intérêt ? On aimerait que les médias qui diffusent ces informations nous l’expliquent.

Lire aussi

  • La rentrée sans y croire

    2 septembre 2013

    Puisqu’il est convenu de parler de « rentrée », que l’on ait pris des vacances ou non, la rentrée politique s’est accompagnée de la rentrée des sondeurs. Même si leur activité d’été fut faible. Les chiffres (...)

  • La stratégie Knock

    25 février 2013

    La défiance est un sujet à la mode dans la presse et chez les sondeurs. Après les enquêtes d’Ipsos, d’OpinionWay et de CSA, associés au Cevipof et au Monde, l’IRIS, « think tank » et école privée (...)

  • Nouvelle étape de la prolifération des sondages

    15 octobre 2012

    La prolifération des sondages ne caractérise plus seulement les périodes électorales. Après une pause estivale, les salles de rédaction sont destinataires d’un nombre impressionnant de communiqués de (...)