observatoire des sondages

La crise à l’UMP sondée

vendredi 30 novembre 2012

La crise à l’UMP offre matière à sonder. Ainsi 78 % des Français seraient selon OpinionWay favorables à un nouveau vote (Cf. Le Figaro-Lci, 30 novembre 2012). Question posée aussi aux sympathisants de gauche. Quant aux préférences des sympathisants UMP, eux aussi exclus du scrutin, ils sont encore plus favorables à un nouveau vote (80%). Encore faudrait-il que nous en connaissions l’effectif. L’habitude de cacher les sous-échantillons semble se généraliser parmi les sondeurs puisque, après l’Ifop et OpinionWay, c’est CSA qui omet d’indiquer le nombre de ses sondés sympathisants de l’UMP. Ceux-ci ont été interrogés sur le principal bénéficiaire de la crise : pour 37% d’entre eux, c’est le Front National (BFM TV, 28 novembre 2012). Quel bénéfice ? Pas si évident si on ne juge par la proportion inhabituelle de sans opinion, 25% de l’échantillon total. Surtout pour un sondage en ligne rémunéré. Quel intérêt ? On aimerait que les médias qui diffusent ces informations nous l’expliquent.

Lire aussi

  • Inceste : les “fantaisies” de l’industrie de l’opinion. Pour la bonne cause ?

    16 janvier 2021

    Les révélations visant le politologue de Sciences-Po Paris Olivier Duhamel ont donné un nouvel attrait aux « enquêtes » de Ipsos sur l’inceste laissant augurer que les vices de fabrication des sondages, (...)

  • Les sondeurs face au covid-19 : l’occasion manquée

    17 avril 2020

    Comme la grande majorité des entreprises du secteur dit marchand les sociétés de sondages ont vu leurs activités sensiblement décroître depuis le confinement lié à la pandémie du covid-19. Sauf une, la (...)

  • Les doxosophes et les enseignants

    9 juin 2011

    Deux sondages SNUipp-CSA sur les enseignants, publiés en juillet 2010 et février 2011, commentés par un directeur d’études d’Opinionway, cela mérite qu’on s’étonne. Voila pourtant ce que présente le (...)