observatoire des sondages

La crise à l’UMP sondée

vendredi 30 novembre 2012

La crise à l’UMP offre matière à sonder. Ainsi 78 % des Français seraient selon OpinionWay favorables à un nouveau vote (Cf. Le Figaro-Lci, 30 novembre 2012). Question posée aussi aux sympathisants de gauche. Quant aux préférences des sympathisants UMP, eux aussi exclus du scrutin, ils sont encore plus favorables à un nouveau vote (80%). Encore faudrait-il que nous en connaissions l’effectif. L’habitude de cacher les sous-échantillons semble se généraliser parmi les sondeurs puisque, après l’Ifop et OpinionWay, c’est CSA qui omet d’indiquer le nombre de ses sondés sympathisants de l’UMP. Ceux-ci ont été interrogés sur le principal bénéficiaire de la crise : pour 37% d’entre eux, c’est le Front National (BFM TV, 28 novembre 2012). Quel bénéfice ? Pas si évident si on ne juge par la proportion inhabituelle de sans opinion, 25% de l’échantillon total. Surtout pour un sondage en ligne rémunéré. Quel intérêt ? On aimerait que les médias qui diffusent ces informations nous l’expliquent.

Lire aussi

  • « Qu’ils s’en aillent tous », sondeurs compris ?

    18 avril 2018

    Les années passent et rien ne semble vouloir enrayer la méfiance voire le rejet que suscitent les professionnels de la politique, ceux qui en vivent, au premier rang desquels figure bien sûr les (...)

  • Complotisme : fake news à la une (I)

    10 janvier 2018

    L’Ifop, la fondation Jean Jaurès et le site internet associatif Conspiracy Watch ont choisi le moment « anniversaire » des attentats de janvier 2015 pour publier un sondage sur la crédulité des (...)

  • En attendant les fiches techniques

    18 novembre 2016

    C’est un très mauvais exemple donné aux citoyens : une institution publique qui n’applique pas la loi.
    Paris, vendredi 18 novembre 2016, 18h37, la commission des sondages n’a toujours pas publié les (...)