observatoire des sondages

Le paradoxe de Toulouse : à qui profite le crime ?

jeudi 29 mars 2012

Cela deviendra peut-être un beau paradoxe pour les cours de logique sur le modèle de syllogismes célèbres. Nicolas Sarkozy a la haute main sur la sécurité publique en France depuis dix ans comme ministre de l’Intérieur puis comme Président de la République. Il s’est engagé à réduire l’insécurité et on peut penser qu’il y avait intérêt. Au bout de dix ans, on pouvait penser qu’il lui serait difficile de souligner l’insécurité qui serait un aveu d’échec. Ce serait mal connaître le professionnel de la politique qui ne s’embarrasse guère de contradiction. Or voilà qu’un événement dramatique, les tueries répétées d’un islamiste à Toulouse, pose in concreto la question de la sécurité. Si les attentats ont été commis, il y a eu une faille dans l’organisation policière. Il semble même qu’elle ait été béante. Or les sondeurs nous apprennent que Nicolas Sarkozy profiterait de l’événement dans l’opinion. La leçon politique est fondamentale : pour un chef politique sécuritaire, il faut échouer pour réussir.

Lire aussi

  • « Musulmans de France » : Quand la fausse monnaie chasse la bonne

    21 septembre 2016

    Les "think tanks”, organisations politiques qui interviennent régulièrement dans l’espace public sur tous les sujets ou presque, apprécient les sondages d’opinion, méthode par excellence du "fast (...)

  • Sondage à grand spectacle : les « Français » et la torture

    21 juin 2016

    L’information est suffisamment sensationnelle pour être reprise par l’AFP et la majorité de la presse française : « la possibilité de la torture est acceptée par plus d’un Français sur deux » (21 juin (...)

  • Misère de la politologie (2)

    25 janvier 2013

    Encore un sondage sur le moral des Français. Une semaine après la publication relayée par toute la presse d’une enquête sur la « défiance » (Misère de la politologie), un sondage Ipsos Public Affairs est (...)