observatoire des sondages

Le paradoxe de Toulouse : à qui profite le crime ?

jeudi 29 mars 2012

Cela deviendra peut-être un beau paradoxe pour les cours de logique sur le modèle de syllogismes célèbres. Nicolas Sarkozy a la haute main sur la sécurité publique en France depuis dix ans comme ministre de l’Intérieur puis comme Président de la République. Il s’est engagé à réduire l’insécurité et on peut penser qu’il y avait intérêt. Au bout de dix ans, on pouvait penser qu’il lui serait difficile de souligner l’insécurité qui serait un aveu d’échec. Ce serait mal connaître le professionnel de la politique qui ne s’embarrasse guère de contradiction. Or voilà qu’un événement dramatique, les tueries répétées d’un islamiste à Toulouse, pose in concreto la question de la sécurité. Si les attentats ont été commis, il y a eu une faille dans l’organisation policière. Il semble même qu’elle ait été béante. Or les sondeurs nous apprennent que Nicolas Sarkozy profiterait de l’événement dans l’opinion. La leçon politique est fondamentale : pour un chef politique sécuritaire, il faut échouer pour réussir.

Lire aussi

  • Sondages pousse-au-crime (I) : Rumeurs et coronavirus

    17 février 2020

    Les sondages sur tout et n’importe quoi existent depuis « toujours ». Leur immixtion dans l’espace public a longtemps concerné la vie politique et les élections. Ce temps semble définitivement révolu. (...)

  • Les sondages et les « gilets jaunes »

    6 décembre 2018

    Avec le mouvement des gilets jaunes comme avec les mouvements sociaux précédents, le succès du mouvement est couramment relié au soutien des Français. Du moins les médias l’affirment-ils au fil des (...)

  • Misère de la politologie

    25 janvier 2013

    Le baromètre annuel du Cevipof sur la confiance politique a été amplement repris par la presse. C’est son objectif. On attendrait d’ailleurs plutôt d’un magazine hebdomadaire ce genre d’enquête sur le (...)