observatoire des sondages

Primaire socialiste d’OpinionWay : dernières manipulations, toute honte bue

mercredi 12 octobre 2011

Les résultats du premier tour de scrutin de la primaire socialiste ont été calamiteux pour OpinionWay.

François Hollande
Martine Aubry
Ségolène Royal
Arnaud Montebourg
Manuel Valls
Jean-Michel-Baylet
Résultats définitifs du scrutin du 9 octobre 2011
39,1%
30,4%
6,9%
17,1%
5,6%
0,6%
OpinionWay-Le Figaro-LCI-Fiducial (6 octobre 2011)
49%
24%
13%
10%
3%
1%

Pour la 8e livraison de son baromètre, OpinionWay n’a donc pas ménagé sa peine. Le sondeur a presque en effet doublé ses échantillons et sous échantillons parvenant à « capter » 637 sondés se déclarant sympathisants de gauche et certains d’aller voter, dont 521 affirment avoir voté lors du premier tour. Gagner des points maximiles vaut bien une déclaration qui n’engage après tout que celui qui la croit. L’augmentation des effectifs, toujours aussi insuffisants néanmoins, ne saurait masquer, rappelons-le, les impossibilités initiales à déterminer de manière objective le corps électoral, le profil des sympathisants (de gauche et socialistes), et enfin des critères de correction des chiffres bruts d’intention de vote en l’absence de tout scrutin passé comparable.

Au vu des performances précédentes d’OpinionWay, certaines mauvaises langues ne manqueront pas de voir dans les efforts du sondeur et de la courte avance dont est créditée François Hollande sur Martine Aubry (52% contre 48%) auprès des 637 personnes se déclarant certaines d’aller voter, beaucoup d’énergie dépensée pour tant d’incertitude.

- Nota Bene : Les autres chiffres d’intentions de vote publiés dans ce baromètre, et les commentaires dans la presse si rapportant (cf. par exemple, Le Parisien, 12 octobre 2011) créditant François Hollande de 54% des voix au second tour (contre 46% pour Martine Aubry) parmi les sympathisants de gauche, et de 58% (contre 42% pour Martine Aubry) parmi les sympathisants socialistes sont totalement manipulatoires car ils concernent des sondés ayant déclaré au début du questionnaire qu’ils ne voteraient pas à la primaire [1].


[1Les sondés ne sont pas à une contradiction près quand il s’agit d’empocher, via l’accumulation comme ici de points maximiles, quelques cadeaux.

Lire aussi

  • Emmanuel Macron au doigt mouillé ?

    14 avril 2017

    On le sait les résultats des sondages d’intention de vote sont les seuls à faire l’objet d’un redressement, autrement dit les résultats publiés ne sont pas ceux récoltés par les sondeurs, ils sont (...)

  • Opinion publique 2.0 : la nouvelle imposture

    2 avril 2017

    Si le marché de la prédiction électorale est jusqu’à présent le quasi monopole des entreprises de sondages, sauf quelques initiatives inspirées par l’économétrie, leurs échecs sur les derniers scrutins en (...)

  • Le FN et la générosité des sondeurs

    24 février 2017

    Depuis quelques années, les sondages annoncent régulièrement le FN en tête des intentions de vote. On en oublierait que pendant longtemps - l’élection présidentielle de 2002 en étant le sommet - les (...)