observatoire des sondages

Propagande et désarroi présidentiel : l’Ifop, Carla Bruni et Nicolas Sarkozy

lundi 24 janvier 2011

Faut-il que les spin doctors élyséens soient à ce point désemparés par l’impopularité chronique du président de la République pour qu’ils lui substituent son épouse ? En matière de sondage, rien de plus facile. Les agents de cette propagande sont maintenant bien connus : un sondeur attitré, l’Ifop (après le discrédit d’OpinionWay suite à l’OpinionGate), un organe de presse complaisant, en quête de notoriété et de lecteurs, en l’occurrence France soir et enfin des sondés disposés à répondre et à se prêter, involontairement pour une partie d’entre eux, à ce « petit jeu ». Comment a-t-on administré ce sondage ? On devine qu’il s’agit de questions tirées d’un sondage omnibus, posées à des sondés qui ne répondent que pour se débarrasser de l’interviewer. Un indice, 1% d’entre eux seulement, et sur uniquement deux questions de "l’enquête", ne se prononcent pas, le reste des questions idiotes récoltant 100% de réponses. Résultats : « deux tiers des Français se déclarent satisfaits à l’égard de Carla Bruni » selon le journal et le sondeur (France soir, 24 janvier 2011), alors que 70% des « Français » sont mécontents de Nicolas Sarkozy, toujours selon l’Ifop mais dans le JDD (21 janvier 2011). Oubliés, ou plutôt corrigés, les 52% de « Français » agacés par l’ex-mannequin, devenue chanteuse (cf. un sondage d’incitation à la haine), qui en tant qu’épouse du président français représente bien la France à l’étranger pour 68% des sondés. Pour Nicolas Sarkozy dont la reconduction à la tête de l’Etat en 2012 est largement compromise, une information rassurante. Grâce au niveau zéro du sondage, de l’information et de la politique.

Lire aussi

  • Autosatisfecit de sondeur

    24 avril 2017

    C’est peu dire qu’on s’y attendait. Après avoir répété à tort et travers pendant des mois que les sondages ne sont pas une prévision, et quelques heures encore avant le scrutin que tout était encore (...)

  • Entre amis : la commission, les sondeurs...et Emmanuel Macron

    27 janvier 2017

    Le 13 décembre 2016, la commission des sondages publiait un court bilan de son activité pour les années 2015 et 2016. On sait que son contrôle est non seulement rare mais pas sévère pour ne pas dire (...)

  • « Des réformes... et vite » : quand la réponse est dans la question

    18 octobre 2016

    Huit Français sur dix (81%) se disent favorables à la tenue de référendums sur de grandes réformes lors des trois premiers mois suivant l’élection présidentielle de 2017, selon un sondage Ifop pour le (...)