observatoire des sondages

Rentrée scolaire des sondeurs : réforme et pas cadencé

mardi 2 septembre 2014

Les sondages éclairs se succèdent. Après l’Ifop et Odoxa, CSA revient sur la piste (CSA-RTL, 1 septembre 2014). La « rentrée des classes » ayant lieu lendemain, c’est à dire aujourd’hui 2 septembre, le sujet était tout trouvé : les rythmes scolaires. Sujet ô combien conflictuel mais bien pratique pour signifier, moins subtilement que les sondés de l’Ifop, son opposition au gouvernement [1]. Finies les « finasseries » et les contradictions des prédécesseurs du week-end et retour au bon vieux système binaire : d’accord-pas d’accord [2]. Résultats : 60% des sondés de CSA contestent le bien fondé de la réforme. Sur quelle base ? Comme d’habitude on ne le saura pas. Qui s’en préoccupe ? Pas le sondeur, ni son commanditaire officiel (RTL). Et est-ce bien nécessaire ? L’important n’est-il pas d’afficher, une sentence, son opinion, dans le cas présent un non. Au moins le sondeur a-t-il distingué les sondés se disant parents d’élèves concernés par la réforme (« enfants de moins de 15 ans »), des autres. 69% s’y opposent. Précaution élémentaire vite oubliée par les commentaires de presse sur les autres questions touchant la scolarité. Notamment le système des notes. 59% des « Français » se déclarent contre le changement du système d’évaluation, donc surtout ceux qui ne sont pas concernés. On peut raisonnablement s’interroger sur la pertinence d’une telle opinion de la part de personnes surtout s’ils n’ont pas d’enfants, et qui pour bon nombre d’entre elles ont terminé leurs études il y a trente ou quarante ans... ou plus encore. Ils ne sont plus « que » 52% parmi les parents d’enfants de moins de 15 ans (soit la fourchette de la marge d’incertitude).

Le plus « drôle » réside peut-être dans le port de l’uniforme par les écoliers et les vertus que lui prêtent sondeur (qui propose) et sondés. 67% d’entre eux estiment qu’il constituerait une bonne mesure pour lutter contre les inégalités sociales. Impossible de connaitre le sens donné par les internautes au mot « lutte ». Impossible également d’évaluer leur sens de l’humour, involontaire ou non, leur cynisme ou... leur sottise. Si habiller tout le monde de la même manière permet de masquer les différences sociales et pourquoi pas de prévenir les ressentiments qu’elles peuvent générer, est-ce lutter contre ces inégalités sociales que de les rendre invisibles, dans certains lieux ? On peut sérieusement en douter. D’autant que dans les pays où l’uniforme scolaire est la règle les inégalités sociales sont aussi plus prégnantes qu’en France (Angleterre, Japon, par exemple). Encore une fois, sans rien dire de ceux qui nourrissent quelques nostalgies pour les régimes autoritaires, la majorité des sondés qui se prononcent pour cette mesure ne sont pas concernés ou ne brillent pas franchement par leur capacité de réflexion, quand ils répondent à un sondage du moins. Cela ne les empêchent pas de danser, et comme le ridicule ne tue pas...

Lire aussi

  • « Qu’ils s’en aillent tous », sondeurs compris ?

    18 avril 2018

    Les années passent et rien ne semble vouloir enrayer la méfiance voire le rejet que suscitent les professionnels de la politique, ceux qui en vivent, au premier rang desquels figure bien sûr les (...)

  • 35 heures : la rentrée des Push Polls

    6 septembre 2015

    Manipulation : les « rentrées » se suivent et se ressemblent. En septembre 2014 les sondeurs avaient commencé par une série de sondages biaisés sur la suppression des 35h : les Français y étaient (...)

  • La rentrée des sondages éclairs : le départ de Montebourg

    29 août 2014

    Les vacances sont trompeuses. Après deux mois de relatif silence des sondages - sauf l’IFOP qui ne saurait prendre de repos - il semble que la rentrée soit là. Un de ces sondages rapides permis par (...)