observatoire des sondages

Un aveu de sondeur : les sondages ne sont plus représentatifs

mercredi 17 mars 2010

Faut-il se livrer encore à une esquisse de bilan de la performance des sondeurs à propos du premier tour des élections régionales du 14 avril 2010 ? L’exercice rituel n’est ni catastrophiste ni triomphal. Au rang des échecs, la forte sous évaluation du FN, un vieil écueil pour les sondeurs - à l’échelon national et encore plus dans certaines régions – et la surévaluation du score d’Europe Ecologie. Dans le premier cas, la correction vers le haut a été insuffisante ; dans le deuxième, ce fut la correction vers le bas. On peut passer sur les « petits » scores toujours difficiles à apprécier faute d’effectifs significatifs de sondés. Pour les deux premières listes, le résultat n’est pas honteux à la fois parce que l’ordre a été annoncé alors qu’il y avait un risque : le PS est bien arrivé en tête comme l’annonçait les derniers sondages sauf celui d’OpinionWay. Un échec quand on sait l’importance symbolique d’une arrivée en tête. Les écarts entre le PS et l’UMP ont été sous estimés mais on pourrait souligner le chiffre de CSA donnant le score exact de 29,5% pour le PS. Cela pourrait paraître un exploit si on ignorait les « bidouillages » qui, sur la foi des votes antérieurs déclarés mais aussi du « tour de main », produisent le chiffre. Pour être aussi exact, il faut donc aussi un peu de chance. Cela ne mérite sans doute ni triomphalisme ni moquerie.

Quelques derniers sondages sur les intentions de vote
PSUMPEurope EcologieFNFGModemNPALO
TNS Sofrès [1] 30% 29% 14% 8,5% 5,5% 4,5% 1,5% 2%
OpinionWay [2] 27,5% 29% 13% 9,5% 6% 5% 2% 2%
CSA Opinion [3] 29,5% 27,5% 15% 9,5% 6% 4,5% 2,5% 1%
Résultats [4] 29,5% 26,3% 12,5% 11,6% 6,1% 4,3% 3,4% 1,1%

Les sondeurs n’ont d’ailleurs pas été sévèrement pris à partie tant il y avait d’autres chats à fouetter. Cela ne les a pas empêchés de se défendre dans le quotidien Le Monde de critiques qu’on n’a pas lues dans le même journal. « Pourquoi les sondeurs n’ont pas vu le retour du vote FN », justifiait le journal (17 mars 2010) en montrant ainsi les bonnes relations qu’il a nouées avec eux. On n’en demandait pas tant mais on a vu apparaître une nouvelle excuse : l’abstention. On connaissait le déni de prédiction (les sondages ne sont pas des prédictions, c’est bien connu maintenant), la volatilité des votes (les électeurs changent d’avis au dernier moment), on a maintenant l’abstention : « Sur un échantillon de 700 personnes, si 350 s’abstiennent, les marges d’erreur possibles augmentent », avançait Jean-Daniel Lévy de CSA. On ne peut réfuter l’explication mais justement, on croyait que les sondages étaient fondés sur le critère de représentativité. Si les populations d’enquête ne sont pas suffisantes, comment s’étonnerait-on ? Est-ce une excuse que de dire qu’on ne fait plus de sondages sur des échantillons représentatifs ? Sont-ce encore des sondages ? Pas au sens où ils sont vendus.

Pour la défense des sondages, on avait entendu beaucoup de sophismes : les sondages sur les intentions de vote ne sont pas prédictifs mais on se donne beaucoup de mal pour néanmoins les corriger afin d’approcher le résultat final, en se félicitant de la performance lorsqu’elle était réussie ; on accusait même les électeurs de se tromper en ne faisant pas la bonne déclaration de vote et en changeant ce vote dans l’isoloir ; on déclare aujourd’hui que les échantillons ne sont plus représentatifs. Cette fois, c’est vrai et l’aveu vaut son pesant d’or.


[112 mars 2010.

[2(12 mars 2010.

[312 mars 2010.

[4Min. Int.

Lire aussi

  • En attendant les fiches techniques

    18 novembre 2016

    C’est un très mauvais exemple donné aux citoyens : une institution publique qui n’applique pas la loi.
    Paris, vendredi 18 novembre 2016, 18h37, la commission des sondages n’a toujours pas publié les (...)

  • Les sondages russes ne se sont pas trompés

    5 mars 2012

    Victorieux dès le premier tour dans tous les sondages, Vladimir Poutine a remporté, comme convenu, l’élection présidentielle russe totalisant selon les derniers décomptes 63,9% des voix (France24, 5 (...)

  • Des sondages sans valeur : ce sont les sondeurs qui le disent

    29 octobre 2011

    Six sondages sur la présidentielle de 2012 ont été publiés dans la semaine qui a suivi la fin du scrutin de la primaire socialiste du 16 octobre 2011 et qui a vu la victoire de François Hollande face (...)