observatoire des sondages

Un nouveau record vaut bien une messe

dimanche 13 avril 2014

Dans ses dépêches publicitaires anticipant la parution des sondages dans la presse pour inciter à acheter les titres (la crise de la presse en sera-t-elle résolue ? ), l’AFP annonce le sondage du Journal du Dimanche. Non point un record d’impopularité mais un record d’écart entre le Président et le Premier ministre. Surtout, relève l’Ifop, un tel écart de 40 points entre les cotes de popularité du président de la République et du Premier ministre n’a jamais été vu depuis 1958 (hors cohabitations). Le plus important jusqu’alors était le différentiel de 21 points enregistré entre Nicolas Sarkozy (37) et François Fillon (58) en mars 2008 (AFP, 13 avril 2014).

On sait que ces records n’ont aucun espèce d’effet politique sinon sur le choix d’un Premier ministre. Encore faut-il y croire. Les élections c’est toute autre chose. On y perd les mandats, les indemnités et donc les partisans.

Lire aussi

  • Les sondeurs face au covid-19 : l’occasion manquée

    17 avril 2020

    Comme la grande majorité des entreprises du secteur dit marchand les sociétés de sondages ont vu leurs activités sensiblement décroître depuis le confinement lié à la pandémie du covid-19. Sauf une, la (...)

  • Référendum grec : fiasco sondagier record (suite)

    9 juillet 2015

    On serait curieux de connaître les justifications du sondeur. On n’en voit pas parmi les excuses habituelles. Un déplacement ultime ? On connaît l’argument des sondeurs désignant les électeurs en (...)

  • Grèce : fiasco sondagier record

    6 juillet 2015

    On a l’impression de se répéter chaque fois que l’on parle des sondages électoraux tant les résultats des élections sont éloignés des intentions de vote des sondages. Certes, répètent aussi les sondeurs, (...)