observatoire des sondages

Ils y croient !

mercredi 29 septembre 2010

Nous n’y croyons pas eux si ! Comment expliquer les atermoiements de Nicolas Sarkozy sur le bouclier fiscal [1], sur la réforme de l’assurance-maladie, en en attendant d’autres sur l’insécurité, les Roms et le reste...?

Après des sondages confidentiels favorables, notamment auprès des électeurs du FN, analysés pas les sondeurs maison de l’Elysée, Patrick Buisson et Pierre Giacometti, le son de cloche a changé. Par exemple, selon le baromètre BVA Orange-L’Express-France Inter publié le 28 septembre 2010 : « Mauvaise stratégie estivale pour Nicolas Sarkozy. La séquence Roms + insécurité aboutit en septembre à la même impopularité qu’avant l’été - 64% de mauvaises opinions contre 32% de » bonnes « - soit le record absolu d’impopularité pour un Président en 3 décennies de mesures BVA. En outre, le Président n’enregistre aucun gain sur l’électorat FN et une belle chute auprès de l’électorat centriste ».

Les Français, à moins que ce ne soit les sondages, ont changé d’avis. Quant à la politique, on croyait que c’était affaire de conviction.


[1Cf. les dernières déclarations sur le sujet du ministre des finances, Le Monde, 28 septembre 2010.

Lire aussi

  • « Les sondages de l’Elysée » version autrichienne

    12 octobre 2021

    Il n’y a pas qu’en France, on peut s’en douter, que les sondages sont utilisés comme « arme politique ». En Autriche aussi. Un usage qui n’a pas échappé non plus au parquet anti-corruption du pays. (...)

  • Les pauvres sont-ils utiles à la société ?

    12 février 2013

    Stupide, la question n’a pas été posée par un sondeur. Nous serions rassurés si une autre question – « Les riches sont-ils utiles à la société ? – n’avait été posée par l’IFOP pour le magazine Enjeux-Les (...)

  • L’affaire Woerth-Bettencourt ou les sondeurs à la chasse aux papillons

    28 juillet 2010

    Les révélations « sensationnelles » sur les relations entre Eric Woerth, ancien ministre du budget et actuel ministre du travail, et la richissime Liliane Bettencourt, constituaient à l’évidence une (...)