observatoire des sondages

Ils y croient !

mercredi 29 septembre 2010

Nous n’y croyons pas eux si ! Comment expliquer les atermoiements de Nicolas Sarkozy sur le bouclier fiscal [1], sur la réforme de l’assurance-maladie, en en attendant d’autres sur l’insécurité, les Roms et le reste...?

Après des sondages confidentiels favorables, notamment auprès des électeurs du FN, analysés pas les sondeurs maison de l’Elysée, Patrick Buisson et Pierre Giacometti, le son de cloche a changé. Par exemple, selon le baromètre BVA Orange-L’Express-France Inter publié le 28 septembre 2010 : « Mauvaise stratégie estivale pour Nicolas Sarkozy. La séquence Roms + insécurité aboutit en septembre à la même impopularité qu’avant l’été - 64% de mauvaises opinions contre 32% de » bonnes « - soit le record absolu d’impopularité pour un Président en 3 décennies de mesures BVA. En outre, le Président n’enregistre aucun gain sur l’électorat FN et une belle chute auprès de l’électorat centriste ».

Les Français, à moins que ce ne soit les sondages, ont changé d’avis. Quant à la politique, on croyait que c’était affaire de conviction.


[1Cf. les dernières déclarations sur le sujet du ministre des finances, Le Monde, 28 septembre 2010.

Lire aussi

  • Complotisme : fake news à la une (I)

    10 janvier 2018

    L’Ifop, la fondation Jean Jaurès et le site internet associatif Conspiracy Watch ont choisi le moment « anniversaire » des attentats de janvier 2015 pour publier un sondage sur la crédulité des (...)

  • Odoxa, sondeur, pompier-pyromane : la violence comme gage de popularité

    6 janvier 2018

    On sait que la notoriété est une donnée essentielle pour tous les professionnels de la politique. On sait également depuis Erostrate, brûlant du désir de devenir illustre, et qui pour se faire incendia (...)

  • Hollande candidat ?

    23 décembre 2016

    Il y avait bien des raisons pour que le renoncement de François Hollande à la candidature présidentielle provoque une hausse de popularité. Il réunissait en effet ceux qui le soutenaient envers et (...)