observatoire des sondages

Le Premier ministre des sondages

mardi 1er avril 2014

Panique à bord. Après la déroute des élections municipales, le remaniement ministériel s’est fait dans l’urgence. Pas forcément les meilleures conditions pour penser. Le choix du Premier ministre s’est donc porté sur Manuel Valls, le favori des sondages, c’est à dire l’homme le plus populaire de la majorité. Nous avons dit plusieurs fois, ici même, l’artificialité des mesures de popularité qui additionnent les faveurs des partisans (les plus à droite des socialistes) et des opposants (les plus à gauche) [1]. Pour un Président affectant de se moquer des sondages....Cela ne suffit donc pas : il faut les comprendre. Un travail collectif des têtes (peu) pensantes de l’Élysée. Et comme nous l’avons plusieurs fois écrit (encore), la popularité fondra comme neige au soleil [2]. Le Premier ministre sera tout nu. Les autres ?

Lire aussi

  • Les sondeurs face au covid-19 : l’occasion manquée

    17 avril 2020

    Comme la grande majorité des entreprises du secteur dit marchand les sociétés de sondages ont vu leurs activités sensiblement décroître depuis le confinement lié à la pandémie du covid-19. Sauf une, la (...)

  • Présidentielle 2017 : le premier sondage avec de “vrais” candidats... ou presque

    3 février 2017

    A deux mois de l’élection présidentielle le premier sondage d’intentions de vote avec des candidats « réels » (déclarés ou investis) a été publié (Elabe-Les Echos-Radio Classique, 1 février 2017). Soumettant (...)

  • Affaire DSK : premier sondage

    21 mai 2011

    Dans le précédent article (Sondeurs sachant sonder sans sondage), nous évoquions la jonglerie des sondeurs se passant des sondés pour commenter l’affaire DSK dès son accusation. Le renfort n’a pas (...)