observatoire des sondages

Les sondages imaginaires de Eric Zemmour

vendredi 23 novembre 2018

Pas à une sottise près, Eric Zemmour a tout de même franchi un seuil supplémentaire en invoquant des sondages qui n’existaient pas. Avec la complicité de Alain Finkielkraut qui lui avait tendu le micro.

- A propos des persécutions perpétrées par Vichy :

Si un sondage avait été organisé en 1942, il n’est pas sûr que les Français auraient défendu le droit d’asile" (Eric Zemmour, Répliques, France-Culture 17 novembre 2018).

Certes les sondages existaient en France avec la création de l’Ifop en 1938 mais sous l’Occupation et Vichy, on comprend aisément qu’ils aient été oubliés. Par contre, l’opinion publique intéressait le gouvernement de Vichy au plus haut point et il avait un moyen de s’en informer par le contrôle policier du courrier. Or qu’en ressort-il puisque Pierre Laborie a étudié les archives [1] ? Rien de ce que suppose pernicieusement Eric Zemmour puisque les Français ont manifesté leur compassion pour les Juifs d’autant plus qu’ils ont vu s’accumuler les mesures antisémites.

Bref non seulement il est ridicule et malhonnête d’invoquer à son profit un instrument qui ne pouvait exister dans cet usage et ce contexte et donc de prêter aux gens de ce temps des pensées mauvaises mais par un autre moyen. Une calomnie par conséquent. Eric Zemmour qui se vante à l’occasion de lire - contrairement aux autres journalistes, s’est-il cru autorisé à dire - lit mal ou pas assez. Pas grave puisqu’avec la complicité de l’académicien-journaliste Alain Finkielkraut il peut continuer.


[1Cf. notamment L’Opinion française sous Vichy, Le Seuil (Coll. L’Univers historique), 1990.

Lire aussi