observatoire des sondages

Un nouveau push poll sur les retraites

jeudi 15 juillet 2010

La pratique du push poll se généralise en France. Nouvel indice, Le Figaro du 23 juin 2010 titrait : « Les Français approuvent la retraite à 62 ans ». Leçon tirée d’un sondage Ifop réalisé par internet. Si l’on en croit le sondeur Jérôme Fourquet, « ce résultat est d’autant plus marquant que nous avons pris soin de proposer une deuxième question ouverte, à savoir que le sujet était important mais qu’il ne nécessitait pas que l’on s’en occupe tout de suite (...) Les Français reconnaissent au gouvernement le mérite de prendre le taureau par les cornes même s’ils trouvent que la potion est amère ».

Faut-il observer que la question citée n’est justement pas « ouverte » au sens où on la définit dans les sciences sociales. Les sondeurs achèvent-ils de perdre le peu de science qu’ils avaient ? A moins que ce ne soit la quête d’une légion d’honneur ou la pression de l’employeur. Surtout, un tel questionnement par internet revient a biaisé totalement une quelconque représentativité puisque les internautes sont plus poussés à répondre s’ils considèrent que la question est importante qu’en cas contraire. Singulière incitation à répondre que de faire dire que la question peut attendre... Push poll sur ce plan aussi : pousser certains sondés à s’exprimer plus volontiers que d’autres et pousser aussi une cause politique. On n’attendait pas que Le Figaro s’embarrasse de scrupules éthiques. Il varie ses fournisseurs d’informations truquées : après OpinionWay, l’Ifop, première entreprise de sondage créée en France. Les sondeurs tombent bien bas.

Lire aussi

  • Opinion publique 2.0 : la nouvelle imposture

    2 avril 2017

    Si le marché de la prédiction électorale est jusqu’à présent le quasi monopole des entreprises de sondages, sauf quelques initiatives inspirées par l’économétrie, leurs échecs sur les derniers scrutins en (...)

  • Le FN et la générosité des sondeurs

    24 février 2017

    Depuis quelques années, les sondages annoncent régulièrement le FN en tête des intentions de vote. On en oublierait que pendant longtemps - l’élection présidentielle de 2002 en étant le sommet - les (...)

  • Valls favori, déjà ?

    5 décembre 2016

    Manuel Valls n’était pas encore candidat à l’élection présidentielle qu’un sondage (Ifop-Journal du dimanche, 4 décembre 2016) annonçait qu’il était favori de la primaire socialiste. Devant Arnaud (...)