observatoire des sondages

21 avril 2002 - 8 novembre 2016 : quel parallèle ?

jeudi 10 novembre 2016

Le fiasco des sondages américains du 8 novembre 2016 a suscité un parallèle avec le précédent français du 21 avril 2002. Immédiatement c’est-à-dire non sans légèreté. Qu’en est-il ? Ce parallèle suppose que le sondeurs américains ont sous-évalué le vote Trump comme ils avaient sous-évalué celui de Jean-Marie Le Pen, c’est-à-dire les votes considérés comme d’extrême droite parce qu’une partie des sondés sont insincères et cachent (voire se) cachent leur futur vote. Là plus qu’ailleurs.

Ce que nous appelons le biais légitimiste qui consiste à se déclarer publiquement du côté des valeurs reconnues et des candidats « convenables ». Du coup, forts de leur expérience malheureuse - ils ont sous-évalué longtemps Jean-Marie Le Pen - les sondeurs français imputent au sondeurs américains leur ancienne erreur - qu’eux-mêmes ne feront plus ! Ils en tireraient même un avantage au profit des sondages en ligne qu’ils feraient en France alors qu’aux Etats-Unis, les sondeurs recourraient encore surtout aux sondages par téléphone où le biais légitimiste (la honte) opèrerait plus que par internet. Sur les deux points, il faudrait le démontrer, quoique cela aille en totale contradiction avec une autre affirmation des sondeurs français selon laquelle les sondages en ligne donnent les mêmes résultats que les sondages par téléphone. Sur tous ces points, l’analyse permettra de mieux répondre car la science n’est pas pressée contrairement aux affaires où il ne faut pas manquer de culot et ne pas reculer devant les arguments les moins fondés.

Il est cependant une différence politique déjà évidente entre les deux termes du parallèle. La différence la plus importante. Si les sondeurs français s’étaient trompés, ils avaient surtout trompé le candidat Lionel Jospin qui, quasi sûr de sa victoire, avait renoncé à éviter et rallier des concurrents au sein de son propre camp (Christiane Taubira et Jean-Pierre Chevènement surtout). S’il n’avait pas été induit en erreur par les sondages, il se serait retrouvé au second tour où il était donné favori. Bref pas de 21 avril ! Rien de tel aux Etats-Unis où, sous bénéfice d’analyse plus approfondie, la configuration de la lutte à deux joueurs n’a pas entrainé d’effet performatif des sondages. Il est probable que s’ils avaient donné le vainqueur, Donald Trump l’aurait été.

Lire aussi

  • Même Jean-Luc Mélenchon

    5 janvier 2017

    On avait connu Jean-Luc Mélenchon circonspect sur les sondages. Mais il faut croire que les candidats ne peuvent se permettre les lucidités intellectuelles quand ils sont en campagne. Et si les (...)

  • Présidentielle en Autriche : les sondeurs sauvent les apparences

    6 décembre 2016

    Une fois n’est pas coutume les sondeurs de la présidentielle autrichienne ne se sont pas (vraiment) trompés.
    Plus exactement ils n’ont pas su ou pu départager clairement le vainqueur et le vaincu (...)

  • Après le fiasco l’amnésie...déjà

    30 novembre 2016

    Occupés depuis le 20 novembre au soir à essayer d’éteindre l’incendie qu’ils ont allumé et alimenté pendant les mois précédents, les sondeurs ont jeté aux orties leurs défroques de pompier de fortune dès le (...)