observatoire des sondages

Elections législatives 2012 : à quoi servent les intentions de vote ?

vendredi 25 mai 2012

La trêve des sondages aura été courte. Les premiers sondages sur les élections législatives viennent d’être publiés [1].

Il est sans doute utile de faire une mise au point puisque les sondeurs ne la feront pas. Ces sondages publient en effet des intentions de vote à l’échelle nationale comme pour l’élection présidentielle alors que les élections législatives ont lieu dans le cadre local des circonscriptions. Les intentions de vote évaluées à partir d’une offre partisane nationale unifiée s’adaptent mal au nouveau scrutin : les candidats sont différents de l’élection présidentielle et différents d’une circonscription à l’autre, sans exclure des candidatures dissidentes ; le second tour peut donner lieu à des triangulaires ; l’enjeu n’est pas une question de majorité de suffrages exprimés mais de députés. Autrement dit, les sondages devraient faire une conversion des intentions en siège. Opération fort délicate le jour même du scrutin tant de faibles écarts peuvent être décisifs et a fortiori impossible plusieurs semaines avant. De là à se priver de sondages…


[1Cf. par exemple OpinionWay-Le Figaro-LCI, 25 mai 2012 ; Ifop-Fiducial-Paris Match-Europe 1, 24 mai 2012. Voir également les sondages plus anciens BVA-RTL-Presse Régionale ou CSA BFMTV-20 Minutes RMC, 11 mai 2012.

Lire aussi

  • Qu’est-ce qu’un miracle ?

    26 mai 2019

    Aujourd’hui encore l’Eglise catholique croit en l’existence des miracles. Le processus de reconnaissance dont elle détient, bien sûr, le monopole demeure toutefois long et laborieux. Pas question donc (...)

  • « Liberté de la presse » : quand les sondages décident de la liste des invités

    4 avril 2019

    Le désintérêt croissant depuis la première élection en 1979 pour le scrutin européen n’a pas dissuadé la radio-télévision publique française avant le début de la campagne officielle, fixée au 13 mai 2019, (...)

  • Marianne refait le « coup » de Le Pen

    10 février 2019

    Le mouvement des « gilets jaunes » a largement perdu en intensité. Rien de vraiment surprenant près de trois mois après les premières manifestations. Comme à son habitude la presse, dans sa majorité, a (...)