observatoire des sondages

Jean-Luc Mélenchon contre Marine Le Pen : encore un sondage qui fâche

lundi 21 mai 2012

Un sondage Ifop-JDD d’intentions de vote a réussi à faire du bruit en annonçant que Jean-Luc Mélenchon battrait Marine Le Pen dans la circonscription de Hénin-Beaumont par 55 % des voix contre 45% (JDD, 20 mai 2012). « Bidon » et « mathématiquement impossible » a tempêté le secrétaire général du Front national (20 mai 2012). Pourquoi ? Parce que le gagnant serait le « candidat des journalistes et des sondeurs » ? Il vaudrait mieux dire si quelque chose cloche dans ce sondage. Effectué sur un population de 602 personnes seulement, il y a bien un problème. Si bien compris par les sondeurs que, tels un chœur, ils se sont immédiatement et confraternellement défendus : « C’est une bonne taille d’échantillon, c’est tout à fait normal et solide » (Brice Teinturier, Le Monde, 21 mai 2012). « Idéalement, il serait bien d’avoir des échantillons aussi importants que pour la présidentielle [souvent autour de 1000 personnes], mais 600, c’est bien » semble concéder Roland Cayrol (Le Monde 21 mai 2012) pour corriger aussitôt : « Dans le passé, sur les législatives, certains étaient descendus jusqu’à 300 ou 400, ce qui était une folie. Là, l’effort est méritoire ». Belle casuistique. La commission des sondages doit se prononcer mais on sent déjà l’humeur conciliante : « Un échantillon de 600 personnes, ce n’est pas rare pour des sondages sur les élections législatives ou municipales » (Mattias Guyomar, Le Monde, 21 mai 2012). De la banalité des fautes méthodologiques comme absolution.

Simples observations méthodologiques :

- si la taille de 602 personnes pour un échantillon représentatif est devenue suffisante aujourd’hui dans combien de temps suffira-t-il de moins encore ? 300 ? Pourquoi pas 100 ?

- la marge d’erreur indiquée est sous-estimée, non pas de plus ou moins 4 %.

- la fiche technique ne nous dit pas combien de sondés n’ont pas exprimé d’intentions de vote. Cela signifie que le résultat et donc la marge d’erreur doit être rapportée à un échantillon bien inférieur aux 602 personnes déclarées.

- sous réserve d’autres observations.

Lire aussi

  • Les sondeurs et la post-vérité

    4 avril 2019

    L’activité de sondeurs est-elle une activité de menteurs ? C’est la question que l’on peut se poser suite à la brève interview diffusée le 2 avril 2019 dans l’émission « Quotidien » animée par Yann Barthès (...)

  • Marianne refait le « coup » de Le Pen

    10 février 2019

    Le mouvement des « gilets jaunes » a largement perdu en intensité. Rien de vraiment surprenant près de trois mois après les premières manifestations. Comme à son habitude la presse, dans sa majorité, a (...)

  • Complotisme vs charlatanisme

    8 février 2019

    Un an après la publication de leur étude sur le complotisme en France la fondation Jean Jaurès, organisation proche du Parti socialiste, l’Ifop et l’association Conspiracy watch ont récidivé. Le (...)