observatoire des sondages

Jean-Luc Mélenchon contre Marine Le Pen : encore un sondage qui fâche

lundi 21 mai 2012

Un sondage Ifop-JDD d’intentions de vote a réussi à faire du bruit en annonçant que Jean-Luc Mélenchon battrait Marine Le Pen dans la circonscription de Hénin-Beaumont par 55 % des voix contre 45% (JDD, 20 mai 2012). « Bidon » et « mathématiquement impossible » a tempêté le secrétaire général du Front national (20 mai 2012). Pourquoi ? Parce que le gagnant serait le « candidat des journalistes et des sondeurs » ? Il vaudrait mieux dire si quelque chose cloche dans ce sondage. Effectué sur un population de 602 personnes seulement, il y a bien un problème. Si bien compris par les sondeurs que, tels un chœur, ils se sont immédiatement et confraternellement défendus : « C’est une bonne taille d’échantillon, c’est tout à fait normal et solide » (Brice Teinturier, Le Monde, 21 mai 2012). « Idéalement, il serait bien d’avoir des échantillons aussi importants que pour la présidentielle [souvent autour de 1000 personnes], mais 600, c’est bien » semble concéder Roland Cayrol (Le Monde 21 mai 2012) pour corriger aussitôt : « Dans le passé, sur les législatives, certains étaient descendus jusqu’à 300 ou 400, ce qui était une folie. Là, l’effort est méritoire ». Belle casuistique. La commission des sondages doit se prononcer mais on sent déjà l’humeur conciliante : « Un échantillon de 600 personnes, ce n’est pas rare pour des sondages sur les élections législatives ou municipales » (Mattias Guyomar, Le Monde, 21 mai 2012). De la banalité des fautes méthodologiques comme absolution.

Simples observations méthodologiques :

- si la taille de 602 personnes pour un échantillon représentatif est devenue suffisante aujourd’hui dans combien de temps suffira-t-il de moins encore ? 300 ? Pourquoi pas 100 ?

- la marge d’erreur indiquée est sous-estimée, non pas de plus ou moins 4 %.

- la fiche technique ne nous dit pas combien de sondés n’ont pas exprimé d’intentions de vote. Cela signifie que le résultat et donc la marge d’erreur doit être rapportée à un échantillon bien inférieur aux 602 personnes déclarées.

- sous réserve d’autres observations.

Lire aussi

  • Lynchage sondagier

    31 mai 2017

    Selon un sondage Harris Interactive effectué par internet (Atlantico, 31 mai 2017), « les Français ont tranché » en « jugeant » que deux ministres mis en cause - Richard Ferrand et Marielle de Sarnez - (...)

  • Le second tour et la presse régionale : « du grand n’importe quoi »

    2 mai 2017

    On sait que la presse ne goûte que très peu les situations où tout semble jouer d’avance, surtout en matière électorale. Il lui faut donc d’entretenir le suspense quitte à dire le tout et son contraire. (...)

  • Délires

    27 avril 2017

    La perspective (selon les sondages) d’une victoire confortable d’Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle ne réjouit manifestement pas toute la presse, celle partageant des affinités (...)