observatoire des sondages

L’avenir de l’école selon l’IFOP : un instant de propagande

samedi 5 juin 2010

- Mon premier est un sondage en ligne sur 512 répondants effectifs auxquels sont "administrés" surtout des questions tirant vers l’approbation [par exemple : Pensez-vous que l’on ferait diminuer l’échec scolaire si l’Etat encourageait la diversification des types d’écoles accessibles à tous ?
(différentes pédagogies et styles éducatifs variés
)]

- Mon second est une entreprise de sondage détenue par la dirigeante d’une fédération patronale qui milite pour la réduction de l’intervention de l’Etat.

- Mon troisième est le commanditaire, une fondation pour la défense de l’école privée et la suppression de l’impôt sur les grandes fortunes. Elle apporte une aide financière à des écoles privées catholiques.

- Mon quatrième est multiple : ce sont les medias qui ouvrent leurs colonnes à ces productions sans esprit critique ou en connaissance de cause.

- Mon tout est un push poll [1]. Qui suis-je ?

Réponse : un sondage Ifop-fondation pour l’école publié le 28 mai 2010 [2] dont les résultats repris et commentés par l’AFP, Le Figaro et Le Monde (02 juin 2010) font écho aux voeux du ministre de l’Education nationale : une importante majorité de parents d’élèves sondés (77%) est favorable à « la diversification des types d’écoles accessibles à tous », (diversification ? s’agit-il de l’école privée ?) ; 87% d’entre eux approuvent « le renforcement des pouvoirs des directeurs d’établissements scolaires en matière de choix pédagogiques, de recrutement et de gestion des personnels enseignants ». Les sondés savaient-ils à qui ils répondaient ?

Pour Le Figaro, il importe de relever que les parents d’élèves approuvent les projets gouvernementaux. Et si pour cela il faut mentir sur les caractéristiques de l’enquête, déjà largement biaisée, qu’à cela ne tienne. Quitte à gonfler "un peu" les effectifs passés brutalement de 512 parents d’élèves à 1287. Et sans distinction de partis , triomphe-t-il : « si pour chacune de ces questions, les sympathisants de droite sont plus nombreux à donner leur assentiment que les sympathisants de gauche, ces derniers sont tout de même 70 à 90% à se prononcer en faveur de cette plus grande souplesse ». Si Le Monde est plus circonspect à l’égard de la méthode, l’auteur n’en décide pas moins que « les résultats intéresseront tous les acteurs de l’éducation, et c’est en même temps une étape dans une action politique visant à une transformation profonde du système éducatif ».
La chaîne du push poll est complète. Les résultats sont faux mais comme l’affirmait un journaliste de télévision auquel on avait significativement confié des responsabilités éditoriales : "une information comme une autre".


[2Suivi d’un colloque intitulé « Ecole comment innover ? » organisé le 2 juin 2010 au Sénat, l’allocution d’ouverture du colloque a été prononcée par le vice-président du Sénat Jean-Claude Gaudin.

Lire aussi

  • Emmanuel Macron au doigt mouillé ?

    14 avril 2017

    On le sait les résultats des sondages d’intention de vote sont les seuls à faire l’objet d’un redressement, autrement dit les résultats publiés ne sont pas ceux récoltés par les sondeurs, ils sont (...)

  • Valls favori, déjà ?

    5 décembre 2016

    Manuel Valls n’était pas encore candidat à l’élection présidentielle qu’un sondage (Ifop-Journal du dimanche, 4 décembre 2016) annonçait qu’il était favori de la primaire socialiste. Devant Arnaud (...)

  • Malfaçon : l’Ifop et Le Figaro montrent l’exemple

    19 octobre 2016

    Dimanche 16 octobre Le Figaro annonçait fièrement en « avant-première » les résultats d’un sondage Ifop à paraitre le lendemain : « Les Français plébiscitent les réformes ». Il s’agissait avant tout d’un push (...)