observatoire des sondages

Le sort de François Bayrou selon OpinionWay et le Figaro

vendredi 25 mai 2012

OpinionWay prédit la défaite de François Bayrou, président du Modem, dans sa circonscription aux prochaines législatives (OpinionWay,Le Figaro-LCI, 24 mai 2012). Quelque soit la configuration du deuxième tour, il serait - selon le sondeur - battu par la candidate socialiste Nathalie Chabanne, créditée de 55 % contre 45 % en cas de duel, et de 44 % contre 28 % en cas de triangulaire PS-Modem-UMP. Il y a toutefois un léger problème. Ces prédictions s’appuient respectivement sur les intentions de vote exprimées de 382 personnes et 440 personnes, pour un échantillon initial déjà très faible de 530 personnes. Autant dire une plaisanterie en termes de normes statistiques. Comme d’ailleurs la fausse marge d’erreur, nettement sous évaluée, indiquée dans la fiche technique du sondage (2 à 4 %). La multiplication des sondages sur de faibles effectifs risquerait de déborder la commission des sondages, déjà aux prises avec la difficile mise au point concernant un cas similaire (cf. Jean-Luc Mélenchon contre Marine Le Pen : encore un sondage qui fâche). Peut-être faudrait-il dire tout simplement au-dessous de quel effectif un sondage est déficient. A priori, guère difficile mais peut-être est-ce un sujet qui fâche.

Lire aussi

  • Le sondage d’action directe

    31 juillet 2019

    Depuis l’adoption du CETA par l’Assemblée nationale le 23 juillet 2019, les attaques contre certains députés LREM favorables au traité de “libre-échange” entre l’Union Européenne et le Canada se sont (...)

  • Municipales à Paris : à sondage confidentiel, sondage confidentiel à demi

    10 juillet 2019

    Les prochaines élections municipales n’auront lieu qu’en mars de l’année prochaine, mais cela fait bien longtemps que la presse et les sondeurs spéculent sur les résultats définitifs. A Paris (...)

  • Marianne refait le « coup » de Le Pen

    10 février 2019

    Le mouvement des « gilets jaunes » a largement perdu en intensité. Rien de vraiment surprenant près de trois mois après les premières manifestations. Comme à son habitude la presse, dans sa majorité, a (...)