observatoire des sondages

Le sort de François Bayrou selon OpinionWay et le Figaro

vendredi 25 mai 2012

OpinionWay prédit la défaite de François Bayrou, président du Modem, dans sa circonscription aux prochaines législatives (OpinionWay,Le Figaro-LCI, 24 mai 2012). Quelque soit la configuration du deuxième tour, il serait - selon le sondeur - battu par la candidate socialiste Nathalie Chabanne, créditée de 55 % contre 45 % en cas de duel, et de 44 % contre 28 % en cas de triangulaire PS-Modem-UMP. Il y a toutefois un léger problème. Ces prédictions s’appuient respectivement sur les intentions de vote exprimées de 382 personnes et 440 personnes, pour un échantillon initial déjà très faible de 530 personnes. Autant dire une plaisanterie en termes de normes statistiques. Comme d’ailleurs la fausse marge d’erreur, nettement sous évaluée, indiquée dans la fiche technique du sondage (2 à 4 %). La multiplication des sondages sur de faibles effectifs risquerait de déborder la commission des sondages, déjà aux prises avec la difficile mise au point concernant un cas similaire (cf. Jean-Luc Mélenchon contre Marine Le Pen : encore un sondage qui fâche). Peut-être faudrait-il dire tout simplement au-dessous de quel effectif un sondage est déficient. A priori, guère difficile mais peut-être est-ce un sujet qui fâche.

Lire aussi

  • Complotisme : fake news à la une (II)

    13 janvier 2018

    Ce qui apparaissait dès les premiers pas comme des malfaçons (cf. Complotisme : fake news à la une), communes à la production sondagière habituelle - un QCM, copié-collé des enquêtes de consommation sur (...)

  • Complotisme : fake news à la une (I)

    10 janvier 2018

    L’Ifop, la fondation Jean Jaurès et le site internet associatif Conspiracy Watch ont choisi le moment « anniversaire » des attentats de janvier 2015 pour publier un sondage sur la crédulité des (...)

  • Le second tour et la presse régionale : « du grand n’importe quoi »

    2 mai 2017

    On sait que la presse ne goûte que très peu les situations où tout semble jouer d’avance, surtout en matière électorale. Il lui faut donc d’entretenir le suspense quitte à dire le tout et son contraire. (...)