observatoire des sondages

Pessimisme

samedi 1er septembre 2012

« Le moral des Français au plus bas », selon un sondage Ifop-Dimanche Ouest France qui nous cueille le premier jour de septembre [1]. 68 % d’entre eux seraient très pessimistes sur l’avenir. Approchant le record de 70 % réalisé en août 2005. Malgré l’alternance, se risque même l’AFP. A quoi cela tient-il… Face à une information aussi cruciale, on se demande comment faisaient les gens avant les sondages.

Vers 1890, l’historien Ernest Lavisse rendit visite à la princesse Mathilde sur son lit de mort. Cette grande figure du Second Empire, protectrice des artistes et gens de lettres, très pessimiste, un avis dont la forme interrogative - comme certaines questions de sondages - ne cache pas qu’il s’agit d’obtenir une confirmation : « Tout va très mal, n’est-ce pas ? ». Vers 1890, l’ancien précepteur du prince impérial n’avait pas à se plaindre de la République qui en avait fait une sorte d’historien officiel. Il pouvait difficilement approuver, sauf à paraître courtisan, ou réfuter, sauf à paraître partisan. Il eut donc cette réponse que la mesure des sondages n’a pas remplacée : « Princesse, mon expérience de vieil historien m’a appris que tout a toujours été très mal.


[1A paraître le 2 septembre 2012.

Lire aussi

  • Se payer un sondage

    9 janvier 2022

    Si les sondeurs utilisent leurs sondages comme outil d’auto-promotion, destinés avant tout chose à entretenir leur notoriété, ils ne sont bien sûr pas les seuls à y avoir recours comme outil (...)

  • Et maintenant les sondages Bolloré...

    9 janvier 2022

    Devenu progressivement muet médiatiquement depuis son rachat par le groupe Bolloré en 2008 suivi en 2015 de son intégration au groupe Havas, le sondeur CSA tente depuis quelques mois un « come back (...)

  • Doxosophie : le variant Cluster17

    24 décembre 2021

    Plus de 2000 ans après l’incendie du temple d’Artémis d’Éphèse les disciples d’Erostrate continuent de multiples manières à perpétrer sa mémoire et sa « geste » : faire des sottises ou exhiber leur bêtise (...)