observatoire des sondages

Pessimisme

samedi 1er septembre 2012

« Le moral des Français au plus bas », selon un sondage Ifop-Dimanche Ouest France qui nous cueille le premier jour de septembre [1]. 68 % d’entre eux seraient très pessimistes sur l’avenir. Approchant le record de 70 % réalisé en août 2005. Malgré l’alternance, se risque même l’AFP. A quoi cela tient-il… Face à une information aussi cruciale, on se demande comment faisaient les gens avant les sondages.

Vers 1890, l’historien Ernest Lavisse rendit visite à la princesse Mathilde sur son lit de mort. Cette grande figure du Second Empire, protectrice des artistes et gens de lettres, très pessimiste, un avis dont la forme interrogative - comme certaines questions de sondages - ne cache pas qu’il s’agit d’obtenir une confirmation : « Tout va très mal, n’est-ce pas ? ». Vers 1890, l’ancien précepteur du prince impérial n’avait pas à se plaindre de la République qui en avait fait une sorte d’historien officiel. Il pouvait difficilement approuver, sauf à paraître courtisan, ou réfuter, sauf à paraître partisan. Il eut donc cette réponse que la mesure des sondages n’a pas remplacée : « Princesse, mon expérience de vieil historien m’a appris que tout a toujours été très mal.


[1A paraître le 2 septembre 2012.

Lire aussi

  • Les sondeurs face au covid-19 : l’occasion manquée

    17 avril 2020

    Comme la grande majorité des entreprises du secteur dit marchand les sociétés de sondages ont vu leurs activités sensiblement décroître depuis le confinement lié à la pandémie du covid-19. Sauf une, la (...)

  • Casse-tête sondagier

    30 novembre 2019

    L’agence de lobbying Dentsu Consulting assistée par le sondeur Odoxa assure que « les Français » sont favorables au deux tiers à la journée de grève du 5 décembre (France Info et le Figaro, 28 novembre (...)

  • Municipales à Paris : à sondage confidentiel, sondage confidentiel à demi

    10 juillet 2019

    Les prochaines élections municipales n’auront lieu qu’en mars de l’année prochaine, mais cela fait bien longtemps que la presse et les sondeurs spéculent sur les résultats définitifs. A Paris (...)