observatoire des sondages

Pessimisme

samedi 1er septembre 2012

« Le moral des Français au plus bas », selon un sondage Ifop-Dimanche Ouest France qui nous cueille le premier jour de septembre [1]. 68 % d’entre eux seraient très pessimistes sur l’avenir. Approchant le record de 70 % réalisé en août 2005. Malgré l’alternance, se risque même l’AFP. A quoi cela tient-il… Face à une information aussi cruciale, on se demande comment faisaient les gens avant les sondages.

Vers 1890, l’historien Ernest Lavisse rendit visite à la princesse Mathilde sur son lit de mort. Cette grande figure du Second Empire, protectrice des artistes et gens de lettres, très pessimiste, un avis dont la forme interrogative - comme certaines questions de sondages - ne cache pas qu’il s’agit d’obtenir une confirmation : « Tout va très mal, n’est-ce pas ? ». Vers 1890, l’ancien précepteur du prince impérial n’avait pas à se plaindre de la République qui en avait fait une sorte d’historien officiel. Il pouvait difficilement approuver, sauf à paraître courtisan, ou réfuter, sauf à paraître partisan. Il eut donc cette réponse que la mesure des sondages n’a pas remplacée : « Princesse, mon expérience de vieil historien m’a appris que tout a toujours été très mal.


[1A paraître le 2 septembre 2012.

Lire aussi

  • Les sondeurs et la post-vérité

    4 avril 2019

    L’activité de sondeurs est-elle une activité de menteurs ? C’est la question que l’on peut se poser suite à la brève interview diffusée le 2 avril 2019 dans l’émission « Quotidien » animée par Yann Barthès (...)

  • Qu’est-ce que le « Prix du livre politique » ?

    30 mars 2019

    Créé en 1991 par l’association « Lire la société » [1] et fort du soutien de l’Assemblée Nationale le « Prix du livre politique » 2019 a été adjugé comme il y a deux ans à un sondeur : Jérôme Fourquet [2]. En (...)

  • Marianne refait le « coup » de Le Pen

    10 février 2019

    Le mouvement des « gilets jaunes » a largement perdu en intensité. Rien de vraiment surprenant près de trois mois après les premières manifestations. Comme à son habitude la presse, dans sa majorité, a (...)