observatoire des sondages

Sécurité : on peut aller plus loin

lundi 9 août 2010

Le sondage Ifop sur la sécurité n’est qu’une illustration supplémentaire du système de push polls mis en place par l’Elysée et ses spins doctors (conseillers en manipulation) : un sondeur maison (Ifop) fait des sondages favorables par avance, un organe de presse (Le Figaro) les publie, des journalistes crédules les commentent, des porte-parole du pouvoir s’enthousiasment et les opposants plient sous un effet de sidération. Avec des financements obscurs.

Le seul objectif du sondage de l’Ifop était de « créer » une approbation massive du bric-à-brac des mesures répressives du gouvernement. Il donne seulement une mesure grossière du ressentiment de Français restés chez eux pendant l’été, le nez collé à l’écran de leur PC, inscrits sur les listes de l’Ifop, payés pour répondre. Toutefois, dans le jeu pervers des auteurs du push poll considéré, l’Observatoire des sondages peut aller plus loin.

Si un financier veut bien financer un sondage sur le même sujet, si un sondeur veut bien « passer » nos questions (comme l’Ifop et d’autres le font pour l’Elysée), nous nous vantons d’obtenir des réponses plus répressives.

Nous garantissons une très large approbation (de l’ordre de 80 points) du rétablissement de la peine de mort pour les meurtriers récidivistes, les assassins de policiers et les violeurs d’enfants. Nous pouvons encore obtenir un chiffre comparable en faveur d’un rétablissement de la torture légale dans certaines affaires de sécurité publique.

Mais nous-permettra-t-on l’expérience ? Comme dans les push polls, la réponse est dans la question.

Lire aussi

  • Emmanuel Macron au doigt mouillé ?

    14 avril 2017

    On le sait les résultats des sondages d’intention de vote sont les seuls à faire l’objet d’un redressement, autrement dit les résultats publiés ne sont pas ceux récoltés par les sondeurs, ils sont (...)

  • Valls favori, déjà ?

    5 décembre 2016

    Manuel Valls n’était pas encore candidat à l’élection présidentielle qu’un sondage (Ifop-Journal du dimanche, 4 décembre 2016) annonçait qu’il était favori de la primaire socialiste. Devant Arnaud (...)

  • Malfaçon : l’Ifop et Le Figaro montrent l’exemple

    19 octobre 2016

    Dimanche 16 octobre Le Figaro annonçait fièrement en « avant-première » les résultats d’un sondage Ifop à paraitre le lendemain : « Les Français plébiscitent les réformes ». Il s’agissait avant tout d’un push (...)