observatoire des sondages

L’Ifop rejoint l’équipe de secouristes de Laurent Wauquiez

vendredi 23 février 2018

Après l’entente de BFMTV et Elabe pour aller à la rescousse du président de LR (cf. Sauver le soldat Wauquiez) c’est autour de l’Ifop, Fiducial, Cnews et Sud Radio de lui porter secours.

Leur sondage est encore plus « dépouillé » que le précédent, mais tout aussi biaisé. les propositions de réponse à la question principale ne sont pas symétriques.

JPEG - 49.4 ko

L’Ifop a opté pour une formulation triviale, floue et ambivalente, le « parler cash ». Ce « parler vrai », « sans fioriture », comme on le qualifie parfois, n’est cependant pas synonyme de « parler mal » ou de « parler en mal ». Et rappelons le, c’est la teneur des propos du président de LR qui est à l’origine de la vive polémique. Autrement dit, le respect de la symétrie, de la logique commune des réponses suggérait, si l’on accepte de reprendre la terminologie relâchée du sondeur, d’opposer au « parler cash » le « parler trash ».

- 1 L. Wauquiez a-t-il eu raison de « parler cash » ?
- 2 L. Wauquiez a-t-il eu raison de « parler trash » ?

C’est le b.a.-ba de l’enquête par questionnaire. Impossible donc que l’Ifop ne le sache pas.

Lire aussi

  • Sauver le soldat Wauquiez

    22 février 2018

    Il fallait s’y attendre. Après “avoir fait le malin” lors d’une conférence donnée à l’EM Lyon le 15 février, suscitant consternations et indignations, le président de LR a été contraint d’organiser son (...)

  • Les votes de paille de l’Ifop

    20 novembre 2010

    Dans la mythologie des sondages, une prouesse initiale tient une grande place : en 1936, George Gallup annonça la victoire de Franklin D. Roosevelt à partir d’un échantillon représentatif de 5000 (...)

  • Plaidoyer pro domo de l’Ifop

    6 septembre 2010

    Pris à parti pour un push poll pour le Figaro (5 août 2010), et donc l’Elysée, sur les questions de sécurité, l’Ifop a publié sur son site une défense des sondages en ligne. Le sondage concerné avait été (...)