observatoire des sondages

Sondages sur La Palisse

samedi 5 avril 2014

La presse économique aime particulièrement les sondages où il s’agit de tester le réceptivité des « Français » aux mesures politiques que la dureté du temps imposerait. Sans faillir, une large majorité des sondés veut des économies - un principe sain de gestion de son propre budget - à condition que ce soient les autres qui les fassent -, que l’Etat « maigrisse », d’autant plus qu’il est assimilé aux fonctionnaires, aux gaspillages et aux impôts et à condition que cela n’implique pas de baisse de la protection sociale [1]. En somme, les sondés veulent verser moins d’impôts mais recevoir plus d’avantages. Est-il nécessaire de refaire ces sondages redondants ? Que nous apprennent-ils quand les mêmes choses se répètent invariablement ? Sinon sur la nature humaine... à moins que ce ne soit leur propriété que de faire ressortir ce qu’il y a de ridicule dans les sondés.


[1Cf. « 3 Français sur 4 sont pour la baisse des dépenses publiques... en apparence », Challenges, 3 avril 2014, à propos du sondage BVA-Challenges-BFM Business-Axys Consultants (3 avril 2014).

Lire aussi

  • « Les Républicains » : les sondages pas d’accords

    23 mai 2015

    L’analyse économique de la politique qui l’assimile à un marché trouve quelque confirmation dans le projet de l’UMP de changer de nom. Un nom de parti est un nom de marque. « Les républicains », ce nom (...)

  • Sondages : l’incohérence présidentielle

    22 février 2015

    On savait cette propension des dirigeants politiques à croire les bons résultats de sondages et à rejeter les mauvais. A condition toutefois que ces résultats ne coïncident pas en faisant apparaître (...)

  • Sondages pour rien

    30 avril 2013

    C’était promis, juré. Après la frayeur qui leur fut causée par la proposition de loi sénatoriale sur la régulation des sondages, les sondeurs avaient assuré qu’ils avaient corrigé leurs pratiques. Plus (...)