observatoire des sondages

Sondages sur La Palisse

samedi 5 avril 2014

La presse économique aime particulièrement les sondages où il s’agit de tester le réceptivité des « Français » aux mesures politiques que la dureté du temps imposerait. Sans faillir, une large majorité des sondés veut des économies - un principe sain de gestion de son propre budget - à condition que ce soient les autres qui les fassent -, que l’Etat « maigrisse », d’autant plus qu’il est assimilé aux fonctionnaires, aux gaspillages et aux impôts et à condition que cela n’implique pas de baisse de la protection sociale [1]. En somme, les sondés veulent verser moins d’impôts mais recevoir plus d’avantages. Est-il nécessaire de refaire ces sondages redondants ? Que nous apprennent-ils quand les mêmes choses se répètent invariablement ? Sinon sur la nature humaine... à moins que ce ne soit leur propriété que de faire ressortir ce qu’il y a de ridicule dans les sondés.


[1Cf. « 3 Français sur 4 sont pour la baisse des dépenses publiques... en apparence », Challenges, 3 avril 2014, à propos du sondage BVA-Challenges-BFM Business-Axys Consultants (3 avril 2014).

Lire aussi

  • La débâcle des sondages au Chili

    9 novembre 2012

    Le 28 octobre dernier, les Chiliens ont voté lors des élections municipales. Cette année, une importante réforme était mise en pratique : l’abrogation du vote obligatoire et l’inscription automatique sur (...)

  • Le monde des sondages selon les sénateurs

    2 novembre 2010

    Répondant à l’affaire des sondages de l’Elysée, la commission des lois du Sénat avait confié le 19 octobre 2009 une mission d’information sur les sondages aux sénateurs Hugues Portelli et Jean-Pierre (...)

  • Sondages britanniques : plus de transparence

    6 mai 2010

    Le Royaume Uni n’a pas échappé à la marée de sondages avant les élections générales du 6 mai 2010. Avant toute discussion de leurs résultats et de leurs effets, il faut constater quelques différences avec (...)