observatoire des sondages

Sondages sur La Palisse

samedi 5 avril 2014

La presse économique aime particulièrement les sondages où il s’agit de tester le réceptivité des « Français » aux mesures politiques que la dureté du temps imposerait. Sans faillir, une large majorité des sondés veut des économies - un principe sain de gestion de son propre budget - à condition que ce soient les autres qui les fassent -, que l’Etat « maigrisse », d’autant plus qu’il est assimilé aux fonctionnaires, aux gaspillages et aux impôts et à condition que cela n’implique pas de baisse de la protection sociale [1]. En somme, les sondés veulent verser moins d’impôts mais recevoir plus d’avantages. Est-il nécessaire de refaire ces sondages redondants ? Que nous apprennent-ils quand les mêmes choses se répètent invariablement ? Sinon sur la nature humaine... à moins que ce ne soit leur propriété que de faire ressortir ce qu’il y a de ridicule dans les sondés.


[1Cf. « 3 Français sur 4 sont pour la baisse des dépenses publiques... en apparence », Challenges, 3 avril 2014, à propos du sondage BVA-Challenges-BFM Business-Axys Consultants (3 avril 2014).

Lire aussi

  • « Liberté de la presse » : quand les sondages décident de la liste des invités

    4 avril 2019

    Le désintérêt croissant depuis la première élection en 1979 pour le scrutin européen n’a pas dissuadé la radio-télévision publique française avant le début de la campagne officielle, fixée au 13 mai 2019, (...)

  • Sondages de fin d’année

    27 décembre 2014

    Il est une espèce de sondages qui donne, plus que les autres, une piètre opinion des gens auxquels ils s’adressent. Echantillon représentatif, assurent pourtant les sondeurs, étant donné qu’ils (...)

  • La débâcle des sondages au Chili

    9 novembre 2012

    Le 28 octobre dernier, les Chiliens ont voté lors des élections municipales. Cette année, une importante réforme était mise en pratique : l’abrogation du vote obligatoire et l’inscription automatique sur (...)