observatoire des sondages

Sondages sur La Palisse

samedi 5 avril 2014

La presse économique aime particulièrement les sondages où il s’agit de tester le réceptivité des « Français » aux mesures politiques que la dureté du temps imposerait. Sans faillir, une large majorité des sondés veut des économies - un principe sain de gestion de son propre budget - à condition que ce soient les autres qui les fassent -, que l’Etat « maigrisse », d’autant plus qu’il est assimilé aux fonctionnaires, aux gaspillages et aux impôts et à condition que cela n’implique pas de baisse de la protection sociale [1]. En somme, les sondés veulent verser moins d’impôts mais recevoir plus d’avantages. Est-il nécessaire de refaire ces sondages redondants ? Que nous apprennent-ils quand les mêmes choses se répètent invariablement ? Sinon sur la nature humaine... à moins que ce ne soit leur propriété que de faire ressortir ce qu’il y a de ridicule dans les sondés.


[1Cf. « 3 Français sur 4 sont pour la baisse des dépenses publiques... en apparence », Challenges, 3 avril 2014, à propos du sondage BVA-Challenges-BFM Business-Axys Consultants (3 avril 2014).

Lire aussi

  • Et maintenant les sondages Bolloré...

    9 janvier 2022

    Devenu progressivement muet médiatiquement depuis son rachat par le groupe Bolloré en 2008 suivi en 2015 de son intégration au groupe Havas, le sondeur CSA tente depuis quelques mois un « come back (...)

  • « Les sondages de l’Elysée » version autrichienne

    12 octobre 2021

    Il n’y a pas qu’en France, on peut s’en douter, que les sondages sont utilisés comme « arme politique ». En Autriche aussi. Un usage qui n’a pas échappé non plus au parquet anti-corruption du pays. (...)

  • Il y a 39 ans : F. Mitterrand, les sondages et la peine de mort

    9 mars 2020

    Le 16 mars 1981, invité à l’émission « Cartes sur table » d’Antenne 2 François Mitterrand, alors candidat à l’élection présidentielle, déclare ouvertement son opposition à la peine capitale en dépit des (...)