observatoire des sondages

Sondages sur La Palisse

samedi 5 avril 2014

La presse économique aime particulièrement les sondages où il s’agit de tester le réceptivité des « Français » aux mesures politiques que la dureté du temps imposerait. Sans faillir, une large majorité des sondés veut des économies - un principe sain de gestion de son propre budget - à condition que ce soient les autres qui les fassent -, que l’Etat « maigrisse », d’autant plus qu’il est assimilé aux fonctionnaires, aux gaspillages et aux impôts et à condition que cela n’implique pas de baisse de la protection sociale [1]. En somme, les sondés veulent verser moins d’impôts mais recevoir plus d’avantages. Est-il nécessaire de refaire ces sondages redondants ? Que nous apprennent-ils quand les mêmes choses se répètent invariablement ? Sinon sur la nature humaine... à moins que ce ne soit leur propriété que de faire ressortir ce qu’il y a de ridicule dans les sondés.


[1Cf. « 3 Français sur 4 sont pour la baisse des dépenses publiques... en apparence », Challenges, 3 avril 2014, à propos du sondage BVA-Challenges-BFM Business-Axys Consultants (3 avril 2014).

Lire aussi

  • Sondages : l’incohérence présidentielle

    22 février 2015

    On savait cette propension des dirigeants politiques à croire les bons résultats de sondages et à rejeter les mauvais. A condition toutefois que ces résultats ne coïncident pas en faisant apparaître (...)

  • Sondages d’été

    8 août 2013

    Dans une presse en mal d’actualité et soucieuse de distraire, les sondages d’été ont pris leur place au même titre que les régimes pour maigrir, les précautions pour bronzer ou les recettes de salades (...)

  • Les sondages et l’UMP

    27 novembre 2012

    La façon la plus évidente d’aborder les sondages dans une compétition électorale est de les comparer aux résultats. Comme cela a été fait pour les sondages sur l’élection du président de l’UMP. Ces (...)