observatoire des sondages

Aux Pays-Bas comme ailleurs, « les sondages ne peuvent pas se tromper »

vendredi 17 mars 2017

Les promesses de victoire des sondeurs néerlandais à Geert Wilders ont fait long feu. En obtenant 13,1% des voix lors des législatives du 15 mars 2017 le leader d’extrême droite (PVV) a été nettement devancé par son adversaire du parti libéral, l’actuel Premier ministre Mark Rutte (VVD), 21,3%. Soit respectivement 20 sièges pour le PVV et 33 pour le VVD. Une nouvelle déconvenue pour la profession de sondeur ?

Depuis la fin du mois de janvier le destin électoral promis au chef du PVV s’était fait certes moins radieux (cf. TNS NIPO, 17 janvier 2017 [1]). Quelques jours avant le scrutin il était même donné perdant (de peu) face au parti du Premier ministre (cf. par exemple Peil, 12 mars 2017, VVD : 16%, PVV : 15% ; I&O Research, 13 mars 2017, en sièges VVD : 24, PVV : 20 [2]. Il continuait néanmoins à croire en ses chances, toujours enivré, peut-être, par les vapeurs persistantes des sondages qui le créditaient 8 mois plus tôt de 25% des voix et de 37 sièges, contre 15% et 23 sièges au VVD (Peil, 8 mai 2016).

Dans la novlangue des sondeurs la nette défaite de Geert Wilders, associée à la chronique de sa victoire annoncée, des mois durant, et rapportée au Brexit, à la présidentielle américaine, aux primaires de la droite et de la gauche en France pourrait s’apparenter à une « dynamique » de l’échec. Nous nous contenterons d’y voir une confirmation du « peu » de clairvoyance de la profession.

Absorbée par la campagne présidentielle bombardée quotidiennement de sondages, la presse française, toujours aussi émoustillée par le yoyo des chiffres et les scores du FN, n’a pas bronché face aux performances des sondeurs néerlandais. Si ce n’est comme la majorité de la presse européenne pour se réjouir de la défaite de l’extrême droite. La libre Belgique s’est pourtant risquée à poser la question : « Elections aux Pays-Bas, encore une défaite des sondages ? » (16 mars 2017). Mais comme à l’accoutumée c’est pour mieux répondre par la négative en reprenant, tant bien que mal, les arguties des sondeurs français. Sur la question de la pertinence des sondages réalisés plusieurs mois, voire plusieurs années avant le scrutin, on en viendrait toutefois à croire que Donald Trump a fait des émules dans la presse belge.

- " Alors les sondages réalisés trop longtemps à l’avance sont-ils forcément faux ?
Oui... et non. Oui, dans le sens où il y a très peu de chances qu’ils correspondent au résultat qui sortira plusieurs mois plus tard. Et non, dans le sens où ce n’est pas la question que les sondeurs posent. Généralement, la question posée est « si l’élection avait lieu dimanche prochain, pour qui voteriez-vous ? » Il n’est donc pas demandé aux sondés d’exprimer un vote plusieurs mois à l’avance
".

Faux et pas faux ? Traduction : « résultats sans rapport avec la réalité du scrutin mais peu importe ». Quand la naïveté mâtinée d’un soupçon de mauvaise foi le dispute à la bêtise. Le quotidien n’aura pas souffrir cependant de la solitude, Libération, en la personne de son directeur de publication, ne semble pas lui non plus craindre les paradoxes pour sauver les sondages, quels que soient leurs défauts :

- « Les sondages publiés en ce moment ont une valeur prédictive toute relative. Faut-il rappeler, aussi, qu’ils ne prévoient pas l’avenir mais le passé ? C’est-à-dire l’état de l’opinion deux ou trois jours avant leur publication et non deux mois après ». (Laurent Joffrin, Libération, 15 mars 2017).

Prédire le passé ? Oxymore ou sottise ?


[1Source https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lections_l%C3%A9gislatives_n%C3%A9erlandaises_de_2017, tableau des sondages en nombre de sièges, 30 pour le PVV et 29 pour le VVD, sondage repris par les Echos du 19 janvier 2017.

Lire aussi

  • Législatives aux Pays-Bas : quand la presse parie sur un nouveau fiasco sondagier

    15 mars 2017

    Les fiascos répétés des sondages à travers le monde n’ont manifestement pas incité les journalistes à réduire, à défaut de la stopper, leur consommation. Exit le Brexit, les élections US, les primaires de (...)

  • Fillon président ? L’hypothèse impossible

    9 mars 2017

    L’un après l’autre les sondeurs décident de passer outre l’interdiction de publier des seconds tours impossibles, en l’espèce une confrontation François Fillon/Marine Le Pen à l’élection présidentielle, (...)

  • « On l’avait pas vu venir »

    9 novembre 2016

    C’est désormais officiel Donald Trump, le candidat du Parti Républicain, sera le prochain Président des Etats-Unis après sa victoire sur son adversaire du parti Démocrate Hillary Clinton. Il a obtenu (...)