observatoire des sondages

Comment manipuler des électeurs : les conseils bien involontaires d’un sondeur

mercredi 25 mars 2015

Le sondeur Jérôme Jaffré, président, forcément, d’Expression Publique et directeur du CECOP (Centre d’études et de connaissances sur l’opinion publique) [1] a expliqué sur Europe 1 les mauvaises prévisions des sondeurs israéliens qui avaient pronostiqué la défaite de Benjamin Netanyahou au scrutin législatif du 17 mars 2015 :

« l’électeur se sert du sondage dans la dernière période pour ajuster son vote : c’est à dire que l’information selon laquelle Benjamin Netanyahou était dans la plus grande difficulté a pesé sur le comportement d’électeurs tentés d’aller vers d’autres partis extrêmes pour revenir vers Netanyahou » (propos rapportés par le Canard Enchaîné, 25 mars 2015).

La même explication il est vrai que l’une de celles fournies pour expliquer les défaillances des sondages pour les départementales lors du premier tour de scrutin. Mais comme le disent les sondeurs à leurs critiques : Prouvez-le !... Jérôme Jaffré.

Maintenant si l’on se souvient qu’en 1995 Jérôme Jaffré avait prédit la victoire d’Edouard Balladur à la présidentielle :

« Il est encore trop tôt pour le dire, mais si M. Balladur est élu le 8 mai prochain, on pourra dire que l’élection présidentielle était jouée avant même que d’être écrite » (Le Monde, 12 janvier 1995)...

On peut en conclure que Jérôme Jaffré, conseiller à l’époque du Premier ministre candidat, a fait perdre ce dernier.

Jérôme Jaffré agent infiltré de Jacques Chirac. Quel aveu !


[1Ancien vice-président de la Sofres.

Lire aussi