observatoire des sondages

En attendant les fiches techniques

vendredi 18 novembre 2016

C’est un très mauvais exemple donné aux citoyens : une institution publique qui n’applique pas la loi.

Paris, vendredi 18 novembre 2016, 18h37, la commission des sondages n’a toujours pas publié les notices détaillées de deux sondages relatifs à la primaire de la droite.

- Celui réalisé par Opinioway, commandité (officiellement) par le site Atlantico et publié le 15 novembre 2016, donnant François Fillon victorieux de la primaire (à égalité avec Nicolas Sarkozy au 1er tour - 25% chacun - et battant Alain Juppé au 2e tour - 54% contre 46%).

- Celui réalisé par Ipsos-Sopra Steria et le Cevipof publié par Le Monde le 17 novembre 2016 créditant François Fillon de 22% d’intentions de vote au 1er tour (une hausse de 10 points par rapport au mois dernier).

- Celui réalisé par Ifop-Fiducial, commandité par Lyon Capitale et Sud radio (groupe Fiducial) publié le 17 novembre et créditant François Fillon de 27% d’intention de vote à la primaire de droite, une hausse de 16 points par rapport au mois dernier.

Autrement dit à quelques heures du scrutin de dimanche, toujours rien. Elles seront (peut-être) publiées plus tard. On suppose en effet que ce soir la commission des sondages prend ses quartiers du week-end. Quoi qu’il en soit il faut attendre pour exercer une éventuelle critique des sondages concernés.

NB : Dimanche 20 novembre 2016, 16h12. Les notices détaillées d’un sondage Ipsos et d’un sondage Ifop ont été publiées (entre samedi 16h et dimanche).

Lire aussi

  • Marianne refait le « coup » de Le Pen

    10 février 2019

    Le mouvement des « gilets jaunes » a largement perdu en intensité. Rien de vraiment surprenant près de trois mois après les premières manifestations. Comme à son habitude la presse, dans sa majorité, a (...)

  • Les sondages imaginaires de Eric Zemmour

    23 novembre 2018

    Pas à une sottise près, Eric Zemmour a tout de même franchi un seuil supplémentaire en invoquant des sondages qui n’existaient pas. Avec la complicité de Alain Finkielkraut qui lui avait tendu le (...)