observatoire des sondages

Impopularité de Nicolas Sarkozy : petit exemple de paralogisme

lundi 28 février 2011

- François Baroin (ministre du budget, porte-parole du gouvernement) :

« J’ai en mémoire un sondage, nous sommes en octobre 94, où Jacques Chirac est à 12%, 6 mois plus tard il est président de la République. Donc ceux qui accordent un crédit, sous quelque forme que ce soit, aux sondages actuels si loin de l’échéance ont à la fois peu d’expérience politique et courent de grands risques, de basculer dans une illusion qui ne sera pas le rendez-vous électoral d’ici un an ». (Europe 1, 24 février 2011).

Un sondage Ifop-l’Express publié le 12 décembre 1994 créditait Pierre Mauroy de 10% d’intentions de vote à l’élection présidentielle de 1995 [1].

Pierre Mauroy n’est toujours pas président de la République.


[1Cf. Libération, 14 décembre 1994.

Lire aussi

  • La démocratie selon G. Durand, ex-Guignol de l’Info

    2 mars 2019

    Éditorialiste depuis plusieurs années sur Radio Classique Maurice Szafran a décidé récemment de quitter la chaine en réaction à l’arrivée d’Eric Zemmour. Guillaume Durand, l’un des principaux animateurs de (...)

  • De l’absurdité : pour ou contre le droit de s’exprimer ?

    13 février 2019

    Si l’industrie de la doxosophie est très rarement en vacances les temps actuels offrent une masse inaccoutumée de sondages grotesques, comme ceux qui ponctuent certaines revendications du mouvement (...)

  • L’effet Johnny...

    13 décembre 2017

    Emmanuel Macron est toujours majoritairement impopulaire auprès des personnes sondées par les entreprises de sondages.
    Cette impopularité tend cependant à se réduire lentement mais surement (...)