observatoire des sondages

Impopularité de Nicolas Sarkozy : petit exemple de paralogisme

lundi 28 février 2011

- François Baroin (ministre du budget, porte-parole du gouvernement) :

« J’ai en mémoire un sondage, nous sommes en octobre 94, où Jacques Chirac est à 12%, 6 mois plus tard il est président de la République. Donc ceux qui accordent un crédit, sous quelque forme que ce soit, aux sondages actuels si loin de l’échéance ont à la fois peu d’expérience politique et courent de grands risques, de basculer dans une illusion qui ne sera pas le rendez-vous électoral d’ici un an ». (Europe 1, 24 février 2011).

Un sondage Ifop-l’Express publié le 12 décembre 1994 créditait Pierre Mauroy de 10% d’intentions de vote à l’élection présidentielle de 1995 [1].

Pierre Mauroy n’est toujours pas président de la République.


[1Cf. Libération, 14 décembre 1994.

Lire aussi

  • Orange ne sait plus compter

    15 avril 2017

    Ou comment l’entreprise de télécommunications pratique le « dégagisme » en virant Jean-Luc Mélenchon de la bande des quatre.
    On croirait une photo de l’ère stalinienne. Cela en toute objectivité bien (...)

  • Le culte des sondages fait-il perdre la raison ?

    14 avril 2017

    Ne disposant d’aucune information supplémentaire nous nous contenterons de diagnostiquer à propos du sujet ci-dessous une faiblesse intellectuelle momentanée, liée sans doute à une campagne (...)

  • Popularité : Trump fustige les fausses nouvelles... parole d’expert

    9 février 2017

    Donald Trump ne goûte guère les sondages qui lui sont défavorables. Il l’a fait savoir, comme à son habitude, sur son compte twitter. C’est en fin connaisseur qu’il s’est exprimé.
    « Tous les sondages (...)