observatoire des sondages

Impopularité de Nicolas Sarkozy : petit exemple de paralogisme

lundi 28 février 2011

- François Baroin (ministre du budget, porte-parole du gouvernement) :

« J’ai en mémoire un sondage, nous sommes en octobre 94, où Jacques Chirac est à 12%, 6 mois plus tard il est président de la République. Donc ceux qui accordent un crédit, sous quelque forme que ce soit, aux sondages actuels si loin de l’échéance ont à la fois peu d’expérience politique et courent de grands risques, de basculer dans une illusion qui ne sera pas le rendez-vous électoral d’ici un an ». (Europe 1, 24 février 2011).

Un sondage Ifop-l’Express publié le 12 décembre 1994 créditait Pierre Mauroy de 10% d’intentions de vote à l’élection présidentielle de 1995 [1].

Pierre Mauroy n’est toujours pas président de la République.


[1Cf. Libération, 14 décembre 1994.

Lire aussi

  • E. Zemmour : « les sondages dans la Constitution »

    6 janvier 2022

    Le journaliste d’extrême droite Eric Zemmour s’est plaint sur Europe 1 des difficultés qu’il rencontre pour obtenir les parrainages nécessaires à l’officialisation de sa candidature à l’élection (...)

  • Croire sur parole

    8 novembre 2021

    Les sondages n’ont pas d’effet, et ce sont les sondages qui le disent. On pensait (secrètement) l’argument trop éventé, ou stupide, pour imaginer sa réapparition dans la presse quelques semaines après (...)