observatoire des sondages

Impopularité de Nicolas Sarkozy : petit exemple de paralogisme

lundi 28 février 2011

- François Baroin (ministre du budget, porte-parole du gouvernement) :

« J’ai en mémoire un sondage, nous sommes en octobre 94, où Jacques Chirac est à 12%, 6 mois plus tard il est président de la République. Donc ceux qui accordent un crédit, sous quelque forme que ce soit, aux sondages actuels si loin de l’échéance ont à la fois peu d’expérience politique et courent de grands risques, de basculer dans une illusion qui ne sera pas le rendez-vous électoral d’ici un an ». (Europe 1, 24 février 2011).

Un sondage Ifop-l’Express publié le 12 décembre 1994 créditait Pierre Mauroy de 10% d’intentions de vote à l’élection présidentielle de 1995 [1].

Pierre Mauroy n’est toujours pas président de la République.


[1Cf. Libération, 14 décembre 1994.

Lire aussi

  • E. Zemmour : « les sondages dans la Constitution »

    6 janvier 2022

    Le journaliste d’extrême droite Eric Zemmour s’est plaint sur Europe 1 des difficultés qu’il rencontre pour obtenir les parrainages nécessaires à l’officialisation de sa candidature à l’élection (...)

  • Nicolas Sarkozy a changé.... d’avis

    26 septembre 2016

    « Si on gouvernait la France avec les sondages, on ne gouvernerait rien du tout ! » Nicolas Sarkozy, à propos d’un sondage Ifop-Fondation Concorde-Public Sénat selon lequel 19% des Français le jugent « (...)

  • Nicolas Sarkozy contre les sondages

    3 avril 2016

    Incroyable ou presque : Nicolas Sarkozy ne croit pas que les sondages reflètent l’humeur « réelle du pays » (Le Monde, 2 avril 2016).
    Pire, il assure encore que « si on gouvernait la France avec les (...)