observatoire des sondages

Impopularité de Nicolas Sarkozy : petit exemple de paralogisme

lundi 28 février 2011

- François Baroin (ministre du budget, porte-parole du gouvernement) :

« J’ai en mémoire un sondage, nous sommes en octobre 94, où Jacques Chirac est à 12%, 6 mois plus tard il est président de la République. Donc ceux qui accordent un crédit, sous quelque forme que ce soit, aux sondages actuels si loin de l’échéance ont à la fois peu d’expérience politique et courent de grands risques, de basculer dans une illusion qui ne sera pas le rendez-vous électoral d’ici un an ». (Europe 1, 24 février 2011).

Un sondage Ifop-l’Express publié le 12 décembre 1994 créditait Pierre Mauroy de 10% d’intentions de vote à l’élection présidentielle de 1995 [1].

Pierre Mauroy n’est toujours pas président de la République.


[1Cf. Libération, 14 décembre 1994.

Lire aussi

  • Le drôle de féminisme de l’Ifop

    4 janvier 2023

    Après 14 ans d’existence le doute demeure un élément crucial de la veille et de la critique scientifique exercées par l’Observatoire des sondages. Il est pourtant un aspect où il est de plus en (...)

  • Le « mystère » Jean-Jacques Goldman

    3 janvier 2023

    Juillet 2004, le chanteur français de variétés Jean-Jacques Goldman annonçait la fin de sa carrière et son retrait de la scène musicale et médiatique. En dépit de quelques apparitions et contributions il (...)

  • Sondage = démocratie : les sondeurs persistent et signent

    21 octobre 2022

    La répétition est dit-on au fondement de la pédagogie. Rien de plus étranger cependant à ce précepte que les sondeurs ou leurs représentants dans le champ académique qui répètent à tue-tête depuis des (...)