observatoire des sondages

Nicolas Sarkozy contre les sondages

dimanche 3 avril 2016

Incroyable ou presque : Nicolas Sarkozy ne croit pas que les sondages reflètent l’humeur « réelle du pays » (Le Monde, 2 avril 2016).

Pire, il assure encore que « si on gouvernait la France avec les sondages, on ne gouvernerait rien du tout ! » (Le Monde, 30 mars 2016). Il faut que les sondages soient bien mauvais pour qu’il en vienne à ces extrémités. Lorsqu’on n’a pas la mémoire trop courte, on se demande alors pourquoi l’Elysée a dépensé plus 9,2 millions d’euros pour des sondages pendant son mandat présidentiel et pourquoi à peine élu, Nicolas Sarkozy déclarait sa dette à son analyste préféré Patrick Buisson. Son humeur actuelle vaudrait-elle un engagement, s’il était réélu, qu’il ne s’adonnerait plus à son ancienne addiction ? Amusante hypothèse : s’il était réélu, ce serait contre les sondages et il ne devrait plus se fier à eux, et s’il ne l’était pas, il devrait se fier à eux mais ne serait pas en situation d’en commander.

Lire aussi

  • De l’absurdité : pour ou contre le droit de s’exprimer ?

    13 février 2019

    Si l’industrie de la doxosophie est très rarement en vacances les temps actuels offrent une masse inaccoutumée de sondages grotesques, comme ceux qui ponctuent certaines revendications du mouvement (...)

  • Nicolas Sarkozy a changé.... d’avis

    26 septembre 2016

    « Si on gouvernait la France avec les sondages, on ne gouvernerait rien du tout ! » Nicolas Sarkozy, à propos d’un sondage Ifop-Fondation Concorde-Public Sénat selon lequel 19% des Français le jugent « (...)

  • Nicolas Sarkozy sera réélu : les dernières prédictions de l’Ifop

    24 novembre 2011

    Jérôme Fourquet (Ifop) : « L’adage est le suivant : le vainqueur de l’automne, sous entendu dans les sondages, est en général le perdant du printemps. Ça s’est vérifié, cet adage, plusieurs fois. Notamment (...)