observatoire des sondages

Impostures de l’année, et maintenant l’effet Goldman

mardi 26 décembre 2017

Le chanteur à la retraite Jean-Jacques Goldman, qui vit désormais à Londres, est devenu en cette fin d’année la cible n° 1 des sondeurs et de la presse française. Redevenu pour être exact.

Il avait perdu la première place que lui octroient depuis longtemps le Jdd, l’Ifop et ses sondés payés en bons d’achats, l’année dernière (Le Jdd, 24 décembre 2017). Un « honneur » que ne goute guère l’intéressé si l’on en croit ses précédentes déclarations. Difficile ne pas compatir à sa peine tant l’idée et la conception de ce classement des personnalités dites « préférées des Français » sont la démonstration la plus flagrante de son caractère artefactuel. Une mesure irréelle pour un pseudo événement, qui n’a suscité, il faut bien s’y résoudre, aucune critique dans la presse, pas même le moindre commentaire distancié. Et il existe des écoles pour ça !?

Lire aussi

  • Invasion de l’Ukraine : qu’en « pensent » les Russes ?

    25 mai 2022

    Les démocraties n’ont pas le monopole des sondages d’opinion. L’invasion de l’Ukraine par la Russie apporte, si besoin était, un nouveau démenti à ce mensonge grossier véhiculé par les sondeurs en (...)

  • Comment stimuler les récalcitrants ou leur forcer la main ?

    13 mai 2022

    L’une des plus grandes menaces pesant constamment sur le métier de sondeur réside non comme on pourrait le penser spontanément dans leurs prédictions électorales erronées (très fréquentes), mais dans (...)

  • Sondeurs : l’obsession Bourdieu

    10 janvier 2022

    Les sondeurs n’aiment pas la critique, plus exactement ils ne goûtent guère la critique politique, formulée principalement par les politiciens au vu des résultats qui leur déplaisent, et vomissent la (...)